Accueil Minimalisme Rangement : la fin du défi des beaux jours (Cuisine)

Rangement : la fin du défi des beaux jours (Cuisine)

par Moe
simplicité cuisiner

Cette semaine, nous allons clore le chapitre consacré à la cuisine. Après avoir fait le grand ménage, réinventé l’espace et redistribué les fonctions, puis passé de la théorie à la pratique, nous allons à présent aborder la manière de cuisiner ses repas en général, et de bien s’organiser au quotidien pour éviter les pièges de la flemme et du « j’ai pas le temps ».

Une cuisine avec le strict nécessaire pour plus de temps pour soi

Maintenant que l’on a désencombré nos placards, que l’on a gardé le strict nécessaire autour de soi, nous allons très vite comprendre les bienfaits que ce choix de vie peut représenter. En effet, c’est dans un intérieur zen, épuré et harmonieux que l’on va arriver à retrouver la paix avec soi-même, le plaisir de la frugalité, des goûts simples et, forcément, de l’art de cuisiner au quotidien.

Pour moi, cuisiner est loin d’être une corvée. Le soir, je prends plaisir à concocter de bons petits plats pour toute ma famille. Tantôt je délègue cette « tâche » à mon chéri qui est très doué aux fourneaux. Ce qui nous différencie, c’est que moi, j’aime beaucoup cuisiner des choses simples, par exemple j’adore la « raw food », cuisiner cru. Manger des carottes râpées le soir avec un avocat bien mûr arrosé d’un filet d’huile d’olive me donne entière satisfaction. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde ici ! Mon chéri, lui, est très fort, car il arrive à suivre les recettes à la lettre et donc ne rate aucun de ses plats. Chez vous, c’est comme ça aussi ?

cuisiner

Nous avons donc libéré de la place, et vous allez très vite vous rendre compte que vous allez gagner un temps fou, et de l’énergie.

Au travail, je répète toujours le même pitch aux clients. Je leur conseille de faire appel à mes services pour qu’ils puissent gagner du temps et se concentrer sur des missions plus stratégiques. Dans la cuisine et dans la vie, c’est un peu le même combat. L’idée est de ne plus s’embourber dans des activités fastidieuses (ménage, courses, rangement) pour se concentrer à des activités qui ont du sens. Dans le cas de la cuisine, c’est la question de la santé dans l’assiette.

N’allez pas faire les magasins le samedi et allez au marché le dimanche

Les personnes avec qui je discute se plaignent souvent car elles manquent de temps pour aller au marché. Elles préfèrent rester chez elles tranquillement à boire leur café et déguster des brunchs.

Je suis d’accord sur le fait qu’il est important de se reposer le dimanche, à un détail près. Ces mêmes personnes ne profitent jamais de leur samedi pour ralentir le rythme. Elles courent les magasins, les centres-ville, à la recherche du dernier gadget à la mode, d’un nouveau pantalon, ou de tout autre objet plus ou moins utile. Elles font du shopping et font les courses au supermarché.

Je vous propose de raisonner différemment. Au lieu de passer votre samedi dans les rues commerçantes, pourquoi ne pas en profiter pour vous installer confortablement dans votre maison, sur votre terrasse ou sur votre balcon, loin du tumulte qui pousse à toujours dépenser plus ?

Ainsi, vous aurez ensuite toute l’énergie et la volonté nécessaires pour sortir de chez vous le dimanche matin et aller au marché. C’est une question de priorité !

Gardez votre argent pour ce qui compte vraiment : la santé, le bien-être, l’économie locale

Le mode de vie minimaliste consiste à libérer du temps et de l’énergie pour ce qui compte vraiment, pour une vie épanouie et harmonieuse.

Il peut paraître évident de vous conseiller de ne pas dépenser des sommes inutiles dans des choses qui ne riment à rien.

Personnellement, depuis quelques mois, je pratique ce que l’on appelle la décroissance. Je n’achète que ce qui m’est nécessaire pour vivre, mais je me fais plaisir de temps en temps. Si j’ai une pulsion d’achat, je la note dans ma tête et une semaine après, je vois si j’ai toujours envie d’acheter l’objet convoité. Dans 90 % des cas, j’oublie très vite ce dont il était question…

Pour les courses de la semaine, c’est un peu le même principe. L’idéal est de voir un peu plus loin que les apparences. Le saviez-vous ? Si Leclerc est bien sûr moins cher que les magasins bio, on y dépense 30 % de plus. En fait, c’est très simple. Comme l’offre est beaucoup plus importante qu’en magasin bio ou qu’au marché, on est très vite tentés par tout un tas de produits qui n’étaient pas sur la liste de courses (et je plaide coupable !).

On dit que le bio coûte cher, mais ce n’est pas forcément vrai. Certes, le fromage et la viande coûtent plus cher en bio qu’en version industrialisée. Reste qu’il n’est pas nécessaire d’en manger tous les jours, donc au lieu de manger du mauvais fromage et de la mauvaise viande tous les midis, dégustez des produits de qualité une fois par semaine. C’est simple, c’est mathématique.

Venons-en aux plats préparés. Fuyez les lasagnes surgelées, les croque-monsieur prêts à l’emploi (!) ou encore les pizzas toutes faites. Personnellement, pour faire six parts de lasagnes avec de bons produits, cela me coûte 10 euros à tout casser, soit 1,66 euro la part (contre 3,5 euros toute faite). Quand je prépare une pizza maison (ou plutôt, quand il la prépare !), cela me coûte 1,5 euro la grosse pizza, contre 3 euros en version toute faite. Enfin, pour les croque-monsieur, même si j’en fais plus trop maintenant car je ne mange plus de jambon, j’en ai pour moins d’un euro par pièce. Simple, non ?

Soyez organisé pour privilégier le meilleur

Comme je vous l’ai préconisé plus haut, au lieu d’aller faire les magasins le samedi, reposez-vous et allez au marché le dimanche matin acheter de bons produits.

Faites des listes et accrochez-les sur le frigo. Voici un excellent modèle de liste à imprimer chaque semaine et à accrocher chez vous.

Diversifiez au maximum les repas. Par exemple, si vous prévoyez des pâtes le midi, faites la part belle aux légumes le soir.

Faites-vous plaisir un soir par semaine, le samedi par exemple. Vous avez la flemme de cuisiner ? Vous souhaitez vous reposer, glander, boire une bière tranquille avec quelques chips ? Pas de panique. Personnellement, je n’aime pas trop cuisiner le samedi soir, j’ai envie de mettre les pieds sous la table. Profitez de cette soirée pour dîner à l’extérieur, vous faire livrer un plat et faites ainsi vivre le petit commerce. C’est aussi ça, être citoyen. Vous participez à l’économie locale, à la vie de quartier. Prenez tout de même soin d’éviter les services de type Deliveroo qui représentent de gros retours en arrière pour le droit des travailleurs (travailleurs payés à la tâche comme au Moyen-Âge) et surtout une sorte d’esclavage moderne (j’en parlerai un autre jour tiens). Faites entorse à votre régime, il n’y a pas de mal à ça ! 🙂

Pour vivre mieux, soyons astucieux

Gagnons du temps sur les choses futiles, superflues et qui coûtent de l’argent et de l’énergie. Mettons ce temps économisé et qui nous est précieux au profit de notre santé et de notre bien-être. Quand nous consommons, nous votons. Essayons, dans la mesure du possible, de privilégier les bonnes choses pour nous et pour notre société. Dernièrement, nous avons eu la possibilité de nous exprimer dans mon département sur la question de la construction d’un nouvel aéroport. J’avoue avoir été écœurée du résultat. Les personnes préfèrent que l’on construise des aéroports, que l’on bétonne le peu d’espaces naturels qu’il nous reste pour nos enfants alors que cette infrastructure n’a aucune raison d’exister. Ce résultat m’a déprimé quelques jours, mais je continue le combat. Voyons plus loin que le bout de notre nez. Alors certes, les hypermarchés pratiquent des prix moins chers à court terme, mais à long terme, c’est notre santé qui est en jeu et notre planète qui est en péril.

Cela dit, ne soyons pas extrémistes. Il m’arrive encore d’aller au supermarché pour acheter certains produits que je ne trouve pas ailleurs, ou qui sont vraiment hors de prix dans le magasin bio. Personne n’est parfait. Mais quand on essaie de vivre en mode zéro déchet, de préserver l’environnement, notre bien-être, l’économie locale, la santé, et d’être cohérent entre nos idéaux et notre mode de vie, au final, c’est notre être tout entier qui est récompensé. C’est faire le choix de l’être et non plus de l’avoir.

Et vous, comment gérez-vous votre manière de consommer au quotidien ? Trouvez-vous le temps de consommer autrement ?

14 commentaires

Articles qui pourraient vous intéresser

14 commentaires

Lucille 5 juillet 2016 - 22 h 31 min

Merci pour cette série d’article! Très riche!
Ca me parle beaucoup ce que tu écris…
Lucille

Répondre
Moe 6 juillet 2016 - 8 h 50 min

Merci Lucille pour tes commentaires, ça me fait vraiment plaisir 🙂

Répondre
Anne 6 juillet 2016 - 10 h 28 min

Juste un petit mot pour les croque-monsieurs : j’en fait avec des carottes et du fromage râpés, entre deux tranches de pain beurrées et cuites au gaufrier. Tout le monde les adore ici.

Après, pour les courses, le temps, etc, je le met en oeuvre depuis plusieurs années et que c’est doux ce temps que l’on gagne…

Répondre
Moe 6 juillet 2016 - 11 h 53 min

Merci pour l’astuce, tu mets des carottes coupées en rondelles et cuites ? Ou bien des carottes râpées crues ?

Répondre
Laurence - Greenola 7 juillet 2016 - 20 h 22 min

Hello Moe,
Ah ah, chez moi aussi c’est Monsieur le Chef, il nous fait de temps en temps des plats dignes des grands restaurants (pour la simplicité on repassera !).
Complètement en phase avec ton article, d’ailleurs je ne supporte plus d’aller faire les magasins le week-end…
Sinon pour les croque-monsieur, tu peux mettre de l’avocat à la place du jambon c’est très bon !

Répondre
Moe 18 juillet 2016 - 16 h 37 min

Je crois qu’on a peu près le même type d’homme ! hihi ps : merci pour l’astuce des avocats

Répondre
Aurélie 12 juillet 2016 - 18 h 36 min

Bonjour Moe,

Personnellement j’évite de faire du shopping le samedi après-midi. Je suis encore traumatisée par les jours de soldes en tant que vendeuse quand j’étais étudiante 😉
J’ai moi aussi été étonnée des résultats concernant l’aéroport.

Bonne soirée

Répondre
BeauteBordelaise 14 juillet 2016 - 10 h 33 min

Je suis d’accord à 1000% avec tout ce que tu dis. J’avais lu quelque part que si on a envie d’acheter quelque chose, il faut la noter et si un mois après on la veut toujours on l’achète et effectivement dans ce que j’ai lu on disait que dans la plupart des cas on n’en avait plus besoin.
Quand on a pris le parti de ne plus consommer à tout va, on consomme de manière plus intelligente et non le bio, le propre ne coûte pas plus cher…C’est juste que pour les gens acheter un pot de nutella à 7 euros je crois c’est normal ou une bouteille de coca cola à 2 euros c’est pas cher alors que pour moi c’est ultra cher pour s’empoisonner ! et après il veulent pas acheter de la nourriture plus brut et plus propre car souvent c’est l’habitude de consommation qui reste compliqué à changer…enfin je pourrais en parler des heures 🙂
Sinon très bel article <3
Bises !

Répondre
Moe 18 juillet 2016 - 16 h 38 min

Merci pour ton retour ! Eh oui tout est question de priorité. Et quid des conséquences de la malbouffe sur la santé à long terme ? Un fastfood de temps en temps ok, je ne suis pas extrémiste, un coca aussi… mais de là à en acheter toutes les semaines il faut pas pousser !

Répondre
kat de Cheapbutchic 14 juillet 2016 - 16 h 22 min

On met en pratique ce que tu préconises . Nous achetons local au maximum (je dirais qu’il reste environ 20% des courses en supermarché mais ça diminue). Nous n’achetons plus rien d’industriel : gâteaux , confitures , yaourts, plats préparés, tout est fait maison. On a divisé le budget alimentaire par deux en mangeant bien mieux. Je prépare un menu hebdo , les courses sont faites en fonction.

Répondre
Moe 18 juillet 2016 - 16 h 35 min

Super quelle organisation ! Du coup ça ne vous prend pas trop de temps ? Comment arrivez-vous à vous organiser pour préparer tous les gâteaux, yaourts etc. ?

Répondre
johanna escuder 16 juillet 2016 - 8 h 57 min

Bonjour,
Je viens de trouver votre blog et je suis en train de lire tous vos articles que je trouve géniaux !
Ils sont très inspirants et motivants. Je suis actuellement en quête d’un retour vers l’essentiel, l’authentique et le naturel. J’ai cependant beaucoup de mal à me défaire d’objet qui pour moi sont chargés de souvenirs et d’émotions encore pire quand le dit objet est un cadeaux que l’on m’a fait ! J’ai lu l’un de vos articles sur ce type de sentiment et le détachement face au passé pour se concentrer sur le moment présent. Cela m’ade dans ma réflexion Merci pour ce fabuleux blog !

Johanna

Répondre
Moe 18 juillet 2016 - 16 h 31 min

Salut Johanna ! Merci beaucoup pour ton commentaire, cela me fait vraiment plaisir 🙂 Le minimalisme est justement la quête de l’essentiel, l’abandon des choses superflues et la recherche de la simplicité. L’idée est de se concentrer sur des plaisirs simples et pas trop nombreux, quelques amis, sa famille et une ou deux passions. Il ne faut pas chercher à tout faire au risque de devenir une éternelle insatisfaite. J’ai moi aussi du mal à me défaire des souvenirs, des photos, des cadeaux qu’on m’offre. C’est pour ces raisons que je fais passer le mot à mes proches et que je leur explique, par exemple, que maintenant je préfère qu’on m’offre des expériences plutôt que des objets. Ou alors, quelque chose que j’aurais vraiment demandé ou qui prend très peu de place. Le minimalisme est un cheminement et non une fin en soi. C’est un chemin de vie qui nous traverse à un moment de notre existence où le trop a envahit notre esprit. Belle réflexion à toi 🙂

Répondre
Alix 6 août 2016 - 18 h 01 min

Je découvre tout juste votre blog, à la fois pragmatique, philosophique, poétique et politique : j’adore !!
De mon côté, je m’intéresse de prêt à tout ça, à mettre urgemment en oeuvre dans mon 9m² d’étudiante à la rentrée !
à bientôt sur mon blog ? http://a-tire-d-elle.blogspot.com

Répondre

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site Web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.