Accueil Rangement Paroles de minimalistes – Fanny

Paroles de minimalistes – Fanny

par Moe
minimalist series fanny

Nouveau ! Tous les mois, un des lecteurs du blog va répondre à quelques questions au sujet du minimalisme, de la simplicité, et de sa manière d’intégrer ces concepts à son mode de vie de tous les jours. Pour commencer, j’ai proposé à Fanny de nous parler des avantages du minimalisme pour sa famille. Les commentaires qu’elle nous laisse sur le blog sont toujours pertinents et emplis de bonnes ondes. Si vous souhaitez participer à cette nouvelle rubrique, contactez-moi ! Bonne lecture !

Pour commencer…

Salut Fanny, bienvenue dans cette première interview consacrée aux minimalistes ! Pour commencer, peux-tu nous en dire plus sur toi, ta famille et ta maison ?

J’ai 36 ans, je suis mariée, j’ai deux enfants de 6 et 11 ans, un chat et un furet. Je vis en région parisienne, dans ce qu’on appelle la « banlieue verte », dans une maison avec un grand jardin.

Quand as-tu entendu parler de minimalisme pour la première fois ? Quelle a été ta réaction ?

On peut dire que j’ai été en contact avec le minimalisme pour la toute première fois lors de mes études, avec Epicure et Diogène. Ceux-ci prônent la simplicité de vie et le bonheur dans les petites choses du quotidien. J’ai fait des études littéraires classiques, et le concept de minimalisme, de l’être au lieu de l’avoir, m’a très tôt touchée avec les auteurs grecs et latins.
Plus tard, c’est avec l’esthétique japonaise que je l’ai retrouvé, dont je suis tombée raide amoureuse.
Enfin, le concept moderne en lui-même, je l’ai découvert par le biais de la simplicité volontaire sur un forum ; une autre forme de minimalisme, mais plus engagée. J’étais sceptique au départ devant cette forme moderne, j’y voyais plus une forme de recherche bourgeoise de perfectionnisme… C’est en creusant le sujet que je me suis rendu compte qu’il ne se réduisait pas simplement à l’esthétique.

Les avantages du minimalisme

Quels sont pour toi les bienfaits du minimalisme et de la simplicité en général dans la vie de tous les jours ?

– Le principe de la simplicité est… D’être simple. Par conséquent, le bienfait premier pour moi en est la non-prise de tête. Un truc m’embête, je le sors de ma vie ou je le résous s’il est indispensable. Ça ne sert à rien de se faire des noeuds au cerveau pour des choses qui n’en valent pas la peine, ou de rester nostalgique devant tel souvenir qui nous rappelle telle époque de notre vie. C’est le présent qui compte, non le passé.

– Je suis aussi une grande paresseuse de nature. Donc avoir moins de choses, pour moi, c’est aussi moins faire le ménage… J’ai eu un tas de bibelots et d’objets de collection en tout genre ado, et j’ai compris, basiquement, que passer un coup sur des étagères n’était pas simple face à tout ce fatras. Idem pour les papiers/livres/photos, je ne retrouvais jamais rien, et l’administratif, ce n’est pas mon fort ! Alors j’ai tout rangé et trié par thème dans une pochette transparente dans le même classeur, je me suis renseignée sur les papiers importants à garder tant d’années, et ai scanné ou jeté le reste.

– C’est ensuite tout simplement les économies. Nous louons à des particuliers si nous avons besoin de quelque chose (la dernière fois, c’était un taille-haie pour 10€ la journée), nous sommes inscrits à une ludothèque où nous empruntons des jouets et des jeux de société, à une bibli/médiathèque, nous participons aux activités et événements qu’organise la commune ou des associations, nous rencontrons nos amis… Nous n’avons pas la télévision, mais nous téléchargeons des films et des documentaires et nous regardons YouTube.

– C’est aussi l’écologie. On achète moins, donc moins de déchets tout simplement…

– C’est enfin la relation à l’autre. J’ai eu l’exemple de mes parents, qui avaient 3 dressings dans lesquels on ne pouvait même pas mettre le pied tant ils étaient pleins à craquer (de serviettes de bain et draps usés, outils, médicaments, d’une vingtaine de manteaux hors mode…). À côté de ça, ma mère n’avait jamais le temps de jouer avec nous, car nous avions une grande maison à entretenir, et mon père travaillait beaucoup.
La relation est un des principes de base pour moi du minimalisme et de la simplicité. Je vois souvent dans les tendances actuelles du net des personnes qui se recentrent sur eux-mêmes à travers ce concept, ou qui s’isolent en ne passant que par internet (les voyageurs minimalistes), mais ce n’est pas du tout ma vision – quelle est la liste de choses que je dois posséder ? Que dois-je avoir dans ma garde-robe, dans mon sac à dos ou dans ma salle de bain ? Le minimalisme pour moi est un moyen et non un but : celui de se rapprocher des autres, d’être à l’autre, de s’enrichir par lui, au lieu de se renfermer sur soi-même. C’est se tourner vers l’altruisme et sortir de l’individualisme.

Simplicité volontaire et vie quotidienne

Est-il difficile de concilier tes principes à ton quotidien, car souvent, on manque cruellement de temps n’est-ce pas ?

Non, plus maintenant, mais j’ai fait des choix de vie. Ayant eu des parents non disponibles, j’ai souhaité l’être pour mes enfants : je travaille, pour mon épanouissement personnel, mais en télétravail pour la moitié du temps. De plus, tout le monde participe à la maison. Mes enfants ont 6 et 11 ans, mais chacun fait le ménage dans sa chambre, m’aide à faire à manger ou à faire les courses. Le samedi matin, c’est rock à fond à la maison, et branle-bas de combat ! Il y a aussi des choses que je ne fais pas, tout simplement, comme le repassage : je repasse juste les chemises de mon mari et mes chemisiers pour le travail. Le reste est tout de suite plié et rangé sous la pile des autres affaires.
J’ai aussi appris à me lever tôt et à m’organiser. Mais ça, cela vient aussi quand on a des enfants !
Ensuite, cela devient un cercle vertueux. Plus on a de temps, plus on peut s’organiser pour en dégager. Le plus difficile est de faire le premier pas, mais aussi, d’apprendre… À sortir de l’écran (ordi, smartphone, télé) pour retrouver son temps personnel.

Et pour aller plus loin…

Que conseillerais-tu à un apprenti minimaliste pour alléger sa vie afin de l’enrichir ? Par quoi commencer selon toi ?

– Je lui conseillerai de se faire une liste mentalement de ses priorités, et de ce qui compte vraiment dans sa vie. Voir ses amis, passer du temps avec ses enfants ? Ou travailler comme une bête pour briller en société avec sa nouvelle voiture, passer son temps à faire le ménage dans son immense appartement pleine de meubles et de bibelots-souvenirs ? Vivre, ou posséder ? Bref, faire le point 5 minutes sur ses habitudes actuelles, et les habitudes qu’il aimerait vraiment prendre.

– La deuxième chose serait d’avoir un moment dans la semaine consacré uniquement à ce qu’on aime : une soirée, ou même une demi-journée, et laisser tout le reste derrière en attente. On s’en occupera après, après tout ce n’est pas si grave si le repassage des draps n’est pas fait toutes les semaines… La première des habitudes à prendre, c’est de se faire plaisir et de vivre le moment présent de temps en temps.

– La troisième chose serait d’apprendre à peser ses besoins vs ses désirs ; se tourner vers la location, ou même l’occasion si l’on a vraiment besoin de quelque chose. En plus, cela en devient un jeu, et on fait des rencontres ! J’ai vendu une fois des chaussures de marche, et la dame m’a offert 3 pots de confiture à la fraise en plus. J’ai discuté avec une autre dame qui vendait des habits pour petit garçon : esseulée, elle me parlait de ses difficultés à s’occuper de sa mère démente chez elle… Cette démarche permet de nous aider à sortir du consumérisme et privilégie la relation.
Par ailleurs, il n’y a rien de dégradant à s’inscrire à une bibliothèque ou à acheter/vendre d’occasion. D’aucuns diront que ça fait « pauvre », et c’est vrai qu’on n’a pas le côté jouissif de l’acquisition (addictif même)… Mais c’est plutôt libérateur : on a l’impression de redevenir enfant ou étudiant !

Enfin, quelque chose de tout bête : apprendre à faire le marché. Le marché a un côté thérapeutique immense selon moi : il entretient la relation à l’autre, et on achète de bons produits !

As-tu des lectures à conseiller ?

Il y a des tas de livres et de blogs qui existent pour s’alléger de ses possessions, faire le tri, s’organiser…. Ce sont des livres utiles en soi, qu’on trouve partout, mais ils ne traitent pas le fond du problème. Certains livres peuvent retenir l’attention, car plus approfondis sur l’idée même de minimalisme :
– La première lecture que je conseillerais, rapide et simple, serait « l’art de l’essentiel » de Dominique Loreau. C’est une belle entrée en matière du concept de simplicité et de minimalisme, avec des mises en application concrètes et un petit côté positif plein d’entrain. Il comprend aussi une bibliographie intéressante qu’on peut creuser plus avant.
– Dans la même lignée, vous avez aussi le livre de Carolyn L. Hetzel, « l’art du vide ».
– Si vous vous intéressez à l’écologie, « la part du colibri » de Pierre Rabhi est aussi une lecture enrichissante, tournée plutôt vers la simplicité volontaire et la sobriété heureuse.
– Enfin, si vous voulez approfondir le concept en soi, les classiques, quoique plus ardus, ne sont pas mal non plus : Epicure, Lao Tseu, Sénèque, Henri David Thoreau…

Et un petit mot à ajouter pour conclure ?

Carpe diem !

Merci à la brillante Fanny d’avoir participé ! Ses mots sont très inspirants et nous donnent envie d’aller plus loin sur le thème de la simplicité. Qu’en pensez-vous ? Aimez-vous cette nouvelle rubrique ? La parole est à vous 🙂

 

13 commentaires

Articles qui pourraient vous intéresser

13 commentaires

sha-ne-no 4 octobre 2016 - 14 h 13 min

Très très chouette idée, ce premier témoignage m’a déjà plu… vivement les prochains !
Bonne journée
Samantha
http://sha-ne-no.blogspot.fr

Répondre
Moe 12 octobre 2016 - 8 h 51 min

Peut-être toi ? 🙂 Merci pour les encouragements !

Répondre
Odile 4 octobre 2016 - 18 h 58 min

Quelle belle idée que de donner la parole à ses lecteurs ! dit la fille qui cogite depuis plusieurs semaines à mettre une nouvelle catégorie sur son blog (et qui n’a toujours pas franchi le pas) : « la parole est à vous » ^^

La simplicité volontaire, ça me parle, c’est également par ce biais que j’ai découvert le minimalisme. Du coup, suite à cet article, je me mets de côté la liste de lectures, histoire de creuser un peu plus le sujet. Merci ! 🙂

http://folleautonomie.com/

Répondre
Miss Zen 4 octobre 2016 - 20 h 38 min

Super idée et très intéressante interview .

Répondre
Moe 12 octobre 2016 - 8 h 52 min

Merci à Fanny !

Répondre
Bulle_Virtuelle 4 octobre 2016 - 21 h 45 min

Très sympa comme nouvelle rubrique, ça motivé ! Hâte de lire le prochain.

Répondre
Valerie 5 octobre 2016 - 6 h 57 min

Merci pour cet article. Super!

Répondre
François 5 octobre 2016 - 7 h 28 min

Merci…belle entrevue…merci à Fanny…c est le fun de voir qu il y a d autres personnes qu ils veulent vivre simplement et tourner le dos a toute cette société d hyper consommation….vraiment rafraîchissant

Répondre
Moe 12 octobre 2016 - 8 h 54 min

Oui cela fait plaisir et c’est très positif pour l’avenir ! Ca fait du bien !

Répondre
Caroline 5 octobre 2016 - 9 h 24 min

Je découvre ce blog, cette rubrique et cette brillante femme qu’est Fanny. Merci Moe de lui avoir donné la parole. Ce qu’elle dit est juste et éclairé. Bonne journée à tous !

Répondre
Ariane 13 octobre 2016 - 20 h 08 min

Wow, c’est la lectrice de rêve! Franchement, lire ses mots donnent envie de la rencontrer. Bref, une série qui me semble prometteuse et un article plus qu’intéressant qui ravive mon intérêt pour le minimalisme. Et décidément, il faudrait que je lise l’art de l’essentiel!

Répondre
Moe 17 octobre 2016 - 10 h 27 min

Oui c’est une personne admirable ! Fanny est très inspirante. Je suis contente que la rubrique te plaise. Pour « L’art de l’essentiel », c’est un peu la bible pour entrer dans la matière mais après ça dépend si tu connais déjà le sujet tu seras peut-être déçue car le livre n’ira pas assez loin peut-être. A bientôt !

Répondre
Fanny 31 octobre 2016 - 8 h 54 min

Merci de vos gentils commentaires ! Je ne me sens pas particulièrement « brillante » ni « admirable », mais je suis contente de ne pas être toute seule dans mes efforts à trouver le chemin de la simplicité dans ce monde hyperconsumériste ^^
Hâte de voir vos propres retours et réflexions dans de prochaines articles 🙂

Répondre

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site Web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.