Accueil Rangement Maman Minimaliste en dix leçons

Maman Minimaliste en dix leçons

par Moe
Maman minimaliste

Suite au concours lancé dernièrement, j’ai voulu revenir sur le livre « Maman Minimaliste » de Mino Rakotozandriny, avant de l’envoyer à l’heureuse gagnante !
Cet article donne le coup d’envoi à une nouvelle série baptisée « [Titre du livre] en dix leçons », qui me permettra de partager mon avis et surtout mes découvertes après la lecture d’ouvrages fondamentaux sur le minimalisme.

Les 10 leçons que j’ai tirées du livre « Maman Minimaliste »

1) Nous passons en moyenne 153 jours dans notre vie à chercher les objets que nous avons chez nous.

Pour que votre vie ne se résume plus en un sketch de Gad Elmaleh, il est temps de trouver une place à chaque chose, et de ranger chaque chose à sa place. Un principe de base, pour tout minimaliste qui se respecte.

2) Le minimalisme est subjectif, par exemple, une mère de famille n’a pas les mêmes besoins qu’un trentenaire nomade et célibataire.

Je parcours souvent les forums et groupes de discussions de minimalistes. Des membres y postent les photos de leurs intérieurs, et se font parfois critiqués par les « vrais minimalistes ». Ce style d’approche n’a aucun sens. Une personne qui ne cuisine pas n’a pas besoin d’une grande cuisine, alors qu’une personne qui est fan des séries télé aura peut-être besoin d’un plus grand écran que les autres. Bref, ça ne se raconte pas, le minimalisme est propre à chacun et chacun y trouve son compte, voilà l’idée.

3) Pour ne pas réitérer la phase de désencombrement tous les six mois, il faut appliquer une politique stricte sur les objets entrants.

Si vous désencombrez pour tout racheter plus tard, le minimalisme serait une ode à la surconsommation. Beaucoup de personnes trouvent que le minimalisme ne regarde pas assez vers l’avenir, quant au choix des objets qu’on élimine de chez soi. C’est vrai, il faut se poser les bonnes questions avant de décider si un objet doit sortir définitivement de sa vie. Et si c’est pour racheter les mêmes objets, car ils nous manquent, cela va à l’encontre du minimalisme. Alors, en évitant les publicités, en faisant le point sur soi-même, et en évitant de se comparer aux autres, on évite au maximum d’acheter des choses inutiles.

4) Profiter des bonnes affaires, n’est pas une bonne affaire justement.

Nous dire que l’on va gagner 80 euros en achetant tel ou tel produit, est une manière habile de nous faire acheter quelque chose que l’on ne pensait pas acheter. Car au final, ce sont bien 80 euros que l’on perd. De sérieux magazines spécialisés en informatique indiquaient qu’il est tout simplement impossible d’appliquer des remises de plus de 20% sur du matériel informatique, en raison des marges très faibles sur ces produits. Si les ristournes sont supérieures, c’est qu’il y a anguille sous roche. Bref, fuyez les soldes ! Sauf si vous en avez besoin, bien sûr.

5) Appliquer la règle « un entré, un sorti ».

Pour éviter que vos placards soient encombrés, appliquez cette règle lorsque vous effectuez vos achats. Si vous craquez pour un objet, éliminez un objet similaire de votre intérieur. Par exemple, pour les jouets, j’ai limité leur nombre à un coffre pour chacun de mes enfants. Auparavant, les jouets étaient en pagaille dans la maison, et je passais mon temps à les ranger. Aujourd’hui, avec moins de jouets et plus de clarté, mes enfants jouent mieux.

6) Ne pas acheter à bas prix « en attendant ».

Si vous n’avez pas les moyens d’investir dans un lave-vaisselle, attendez un peu pour investir dans de la qualité. Ne vous dites pas « j’achète le premier prix en attendant de pouvoir acheter un appareil plus performant ». Car au final, vous dépenserez beaucoup plus que si vous aviez attendu et acheté un appareil de qualité dès le départ.

7) Ritualiser les menus.

Instaurer des menus simplifie grandement la vie de famille. Et cela donne des repères aux enfants qui savent à l’avance ce qu’ils vont manger. Par exemple, le lundi, c’est pâtes, le mardi, c’est soupe, le mercredi c’est pizza… Ainsi, on ne se casse plus la tête à choisir ce que l’on va manger et on varie chaque jour les types de plats. C’est ça aussi, la cuisine minimaliste.

8) Moins nous avons de relations compliquées à gérer, moins nous nous forçons à faire des choses que nous ne voulons pas.

Combien de fois vous êtes vous forcé à aller chez quelqu’un alors que vous rêviez de rester chez vous tranquille sur votre canapé, avec comme meilleur compagnie un bon livre (sur le minimalisme) ? Comme dirait Bénabar : « On s’en fout, on n’y va pas, on n’a qu’à se cacher sous les draps, on commandera des pizzas, toi la télé et moi, on appelle, on s’excuse, on improvise, on trouve quelque chose, on n’a qu’à dire à tes amis qu’on les aime pas et puis tant pis. »

9) Moins de choses à posséder, c’est moins de temps à s’en occuper.

Au lieu de passer les week-ends à faire le ménage ou à ranger vos affaires, vous pouvez profiter d’un peu de temps libre car c’est tout ce que vous méritez. Personnellement, c’est en minimisant ma garde-robe au maximum que j’ai réussi à gagner du temps sur les lessives. Alors, comme je travaille à la maison, c’est peut-être plus facile, mais je suis sûre que vous pouvez faire un effort pour liquider au moins la moitié de votre garde-robe !

10) Le minimalisme est un cercle vertueux vers une bonne santé.

Finalement, être minimaliste, c’est profiter d’une meilleure santé. On est plus actifs, car on sort plus, on est plus zen, car on a moins de soucis financiers ou sociaux, on est plus heureux car on s’entoure des personnes que l’on aime, et on est plus épanouis, car on a plus de temps pour soi. On cuisine aussi simplement, des produits simples, locaux et bruts. Donc on mange mieux. Au final, on améliore son hygiène de vie. Pour une vie plus heureuse, plus longtemps !

Maman Minimaliste est disponible ici (lien affilié qui permet de soutenir le blog !)

Et vous, qu’avez-vous pensé de ce livre ?

10 commentaires

Articles qui pourraient vous intéresser

10 commentaires

Nath 13 février 2018 - 17 h 52 min

Je l’ai pas lu encore … J’attends de savoir si je suis la gagnante 😉
Cela dit supers conseils … Le plus difficile pour moi est de rester de marbre devant les multiples demandes de minipouce 🙂
Suis en phase d’apprentissage et d’apprenti-sage aussi.

Répondre
Moe 16 février 2018 - 11 h 52 min

Il faudra retenter ta chance car un autre visiteur a remporté le livre. 🙂

Répondre
corinne35 15 février 2018 - 17 h 38 min

je ne connais pas ce livre…Je travaille tous les jours un petit peu de manière à moins consommer dans mon quotidien , ce n’est pas toujours facile , c’est parfois ardu surtout avec 4 enfants,
Depuis un tri un peu drastique dans les jouets , et la suppression d’achat de jouets d’impulsions , je me rends compte que de toute manière les enfants jouent souvent avec les mêmes jouets, mais surtout les chambres sont bien mieux rangées, et je ne cède pas aux tentations de jouets éphémères, et ma petite dernière préfère souvent aller jouer dehors avec son chien, ou à la balançoire…
ce mois- ci, je me suis fixée pour objectif de ne rien acheter de neuf sur le marché et même peut être rien acheter du tout (nous sommes le 15, et je n’ai rien acheter pour le moment sauf bien sûr des denrées alimentaires, et je me rends que je fais des économies. Et je confirme une famille avec 4 enfants n’a pas les mêmes besoins, qu’un couple sans enfant ou un(e) célibataire…
Par exemple, Je tricote et j’ai décidé de terminer mon écharpe avant d’en acheter d’autre, alors qu’avant j’en aurais acheter en soldes
ma maman était déjà très minimaliste, elle n’achetait jamais de chose superficielle, et pour moi c’est mon exemple que, j’essaie de suivre :
ma maman ne suivait jamais la mode, n’achetait jamais d’objet de décoration, et sans le savoir, elle était déjà à sa manière minimaliste, elle était avant-gardiste , et un exemple à suivre.

Répondre
Moe 16 février 2018 - 11 h 51 min

Merci Corinne, effectivement votre maman est un exemple à suivre, et je pense que vous aussi 🙂
Avoir une famille de 4 enfants ne doit pas être facile tous les jours. Simplifier au maximum tous les pans de sa vie est une grande aide quand on a des enfants (j’en ai deux). Il y a des défis « nobuy » qui se multiplient sur la toile, et c’est très difficile de résister à la tentation. Parfois quand on s’ennuie, on va au magasin acheter des bricoles pour « nous aérer la tête » mais au final nous sacrifions beaucoup d’argent alors qu’il pourrait servir à payer de belles vacances ou des choses plus intéressantes si on mettait toutes ces petites dépenses de côté.

Répondre
Chacha 16 février 2018 - 16 h 27 min

Bien joué, Bénabar 😉

Répondre
Moe 4 mars 2018 - 8 h 50 min

On a les mêmes références ? 🙂

Répondre
Linette 2 mars 2018 - 20 h 37 min

Acheter juste pour compenser une frustration est doublement mauvais 1) dépenser des sous qui risquent de manquer ensuite et 2) où va-t-on ranger ce bazar ? Même si cela est « en solde » c’est toujours trop cher si l’on en a pas le besoin. Voilà 35 ans que j’ai découvert : où vas-je le ranger ? et rien que ça m’a appris à freiner mes fantaisies, je ne vis pas dans une grotte, j’aime la déco mais pas l’encombrement. En attendant votre maison « avec jardin » pour les petits. Bon courage

Répondre
Moe 4 mars 2018 - 8 h 48 min

C’est un bon principe à appliquer. Je l’utilise aussi. C’est des fois très difficile de résister. Ce qui marche aussi, c’est d’attendre une semaine avant d’acheter. En général, on oublie l’objet qu’on voulait acheter ou on se dit que finalement on n’en avait pas aussi besoin que ça.

Répondre
Marie G 2 avril 2018 - 23 h 05 min

Bonsoir, je suis votre blog avec intérêt depuis peu. Une chose m’a fait réagir dans cet article: vous dites que diminuer drastiquement le contenu de votre garde robe vous a permis de réduire le nombre de vos lessives. Au delà de l’intérêt évident en terme de desencombrement, je vois pas trop le lien avec les lessives, car on ne peut de toutes façons pas porter plus de tenues qu’il n’y a de jours dans la semaine !
Bravo pour votre blog en tout cas, très inspirant !

Répondre
Moe 3 avril 2018 - 8 h 13 min

Bonjour Marie,
Merci pour votre intérêt. Je porte certains vêtements (vestes, pantalons, gros pulls) plusieurs fois avant de les laver, c’est ainsi que j’ai réussi à diminuer le nombre de lessives.
De plus, avec moins de vêtements, on est plus organisés, donc on peut se créer une routine lessive une fois par semaine (en vivant à flux tendu).
A bientôt !

Répondre

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site Web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.