Accueil Simplicité volontaire Le jour où j’ai acheté neuf

Le jour où j’ai acheté neuf

par Moe
acheter du mobilier neuf

Comme tu le sais peut-être déjà, j’ai récemment emménagé dans ma nouvelle maison.

Un espace de vie que j’ai construit (presque) de mes propres mains. Cette maison, je l’ai dessinée moi-même avec l’aide de mon amoureux et d’un architecte, je la connais par cœur et j’ai beaucoup attendu pour avoir les clés.

Aujourd’hui, je la meuble petit à petit. Quand on construit une maison, tout part de zéro. Ce n’est pas comme une maison ou un appartement que tu vas acheter et rénover esthétiquement et à ton goût au gré de tes envies. Non. Là, la page est blanche et c’est à toi de la noircir. Et tu DOIS le faire, car sinon, tu vis dans les cartons et le marasme complet. Tu commences par peindre les murs, ensuite, tu poses du parquet au sol, tu installes un chauffage, tu achètes les ampoules (!). Les to-do lists deviennent tes meilleures alliées. Et après vient l’étape de l’ameublement des pièces. Lit, canapé, chaises, table… l’idée dans un premier temps est de vivre comme les gens normaux, ce qui relève déjà de l’exploit.

Ensuite, tu passes au niveau suivant. La déco. Quand tu commences à installer les plantes vertes, dis-toi que tu vas enfin commencer à profiter. Mais avant cela, tu vas devoir ajouter de la couleur aux murs, afficher des cadres, accrocher des patères, des miroirs…

Évidemment que tous ces aménagements ont un prix.

Certes, tu n’auras pas besoin de rénover ta maison dans les prochaines décennies, car les murs sont neufs, mais comme tu pars de zéro, tu dois investir beaucoup d’argent pour te sentir un minimum à l’aise.

Pour ne pas trop plomber le budget, et par souci d’éthique, j’ai fait le choix de privilégier les objets de seconde main. Je le fais pour plusieurs raisons : environnement, budget et chaleur dégagée par des meubles qui ont vécu.

etageres minimalistes

Mais pour meubler ta maison avec des objets de seconde main, tu dois faire des sacrifices. Beaucoup de sacrifices. Quand tes amis ou ta famille passent leur soirée affalés sur le canapé devant la dernière série Netflix, un Magnum vanille-caramel à la main, toi, tu rodes sur les sites de petites annonces. Pour être hyper concentrée, tu attends que les enfants soient couchés, et que le calme règne en maître dans ton foyer. Le week-end, tu dois te lever parfois aux aurores pour visiter les vide-greniers dans des coins paumés où jamais tu n’aurais mis les pieds si tu n’avais pas ces « valeurs ». Comme je suis un peu architecte d’intérieur sur les bords (ou commère, comme tu veux), je me rends aussi dans les vide-maison : j’y déniche des perles rares, de bon matin, quand tout le monde dort et que toi tu es déjà levée depuis deux heures (merci les enfants en bas âge). Dans ce genre d’événements assez « sélect », je fais des rencontres extraordinaires avec d’autres personnes aussi malines et reines des bons tuyaux que moi. On échange des potins sur le village, les derniers rendez-vous prévus pour trouver les bonnes affaires, … et on se file aussi les bons tuyaux d’experts : « Tu connais le groupe Machin sur Facebook ? C’est réservé aux anglais, mais tu peux quand même faire une demande d’adhésion. Il y en a plein qui se débarrassent de trucs ! ».

Bref, du coup, une fois arrivée dans ce cercle restreint des dénicheurs d’affaires, tu arrives à te meubler pour pas trop cher : j’ai trouvé des chaises à 5 euros, des tables de nuit, un tapis de salon et un miroir gratuits contre un bouquet de mimosa, des étagères pour mes livres à 20 euros… si tu connais des terrassiers qui offrent les mêmes bons plans, envoie-moi un mail !

Seulement voilà. Parfois, tout ne fonctionne pas comme prévu. La table basse, par exemple. Celle que tu t’imagines dans ta tête, mais qui n’existe pas en vrai dans les magasins. Celle dont la destinée est d’être la pièce maîtresse de ton salon. Rien que ça. Cette star-là, aucun homme sur Terre ne voudrait te la vendre à bas coût, et encore moins s’en débarrasser ! Et puis, tu en as besoin assez rapidement. Tu ne vas pas vivre trente ans sans table basse. Que vont dire tes invités lorsqu’ils voudront poser leur verre de vin ? Donc quelle est la solution ?

Tu t’imagines acheter cette table basse sur un site de vente par correspondance. Ou chez Ikea. Tu culpabilises d’avance d’avoir contribué à enrichir le système et les multinationales, d’avoir cautionné la fabrication de meubles au bout du monde, dans des conditions de travail sûrement horribles. Tu te vois déjà rongée par le remord. Et le minimalisme dans tout ça ?

Allez, une table basse, c’est pas si important. Si elle est moche tant pis. Ou bien tant mieux ! Au moins tu ne stresseras pas quand tes enfants monteront dessus ou s’en serviront de bouclier anti-missiles.

Mais c’est pas si facile que ça. Tu t’embêtes à créer une atmosphère chaleureuse chez toi, et tu vas tout saboter avec une table moche. Non, non, je suis sûre que des solutions de « compromis » existent. Une troisième voie est possible, en cherchant bien. Après trente-six tergiversions dans ma tête, l’idée me vient. Et si au lieu d’acheter neuf le premier meuble qui vient chez le premier fabricant qui te vient à l’esprit, tu essayais d’être un peu éthique : privilégier les petits commerçants, les petites structures en ligne, les marchands de meuble locaux, par exemple. Préférer le fabriqué en France, et bien sûr, des matériaux durables. Ce sont des pistes. Quelques semaines plus tard, je trouve mon bonheur sur un petit site de vente en ligne inconnu du grand public.

Un matin, j’ai donc acheté un meuble neuf sur un site de vente par correspondance. J’ai cliqué sur « Acheter ». En pleine conscience, je ne vais pas te le cacher. L’opération a pris cinq bonnes et longues minutes. Le temps de m’inscrire sur le site, d’entrer mes informations personnelles, d’aller récupérer ma carte bancaire et de passer à l’acte. Je ne peux plus faire « Précédent ». Non. Décidément, je ne suis pas une bonne personne. Je ne suis pas fidèle à mes valeurs, à mes principes.

Acheter neuf, ou dans les grands magasins, ce n’est pas la fin du monde en soi. On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a. À moins d’avoir du temps libre toute la journée, d’être extrêmement riche, ou d’aller dans les brocantes tous les week-ends, ou chez les antiquaires même en semaine, tu peux pas être partout. Les enfants, le travail, le mari, tout ça. On se comprend hein ?

Aujourd’hui, je meuble ma maison petit à petit, tantôt avec des meubles achetés d’occasion (ceux qui ne sont pas urgents ou qui relèvent de l’ornement), tantôt avec des coups de cœur achetés en neuf. Quand tu as une vie active, des petits enfants qui te demandent de l’attention, que tu fais déjà beaucoup d’efforts pour impacter le moins possible l’environnement, tu n’as pas forcément accès à la solution parfaite. L’idéal, selon moi, c’est de faire de ton mieux, en fonction de tes valeurs mais aussi de TON mode de vie.

Et toi, tu fais comment pour te meubler ?

5 commentaires

Articles qui pourraient vous intéresser

5 commentaires

Clémence 20 mars 2019 - 10 h 11 min

Nous sommes dans notre maison (que nous avons conçue et construite) depuis bientôt 5 ans, nous avons gardé les meubles de mon premier appart, récupérer un clic clac chez mes beaux-parents pour le lit de la chambre d’amis. Depuis notre arrivée dans la maison nous avons acheté peut de meubles, la plupart d’occasion mais pas le canapé car je savais précisément ce que je voulais et je ne le trouvais pas d’occasion. Par chance mon compagnon est doué avec le bois, il a fabriqué le plateau de la table basse (les pieds on été acheté en direct au fabricant sur internet), une grand lampe, un porte revues… Il va falloir qu’on change la table du salon je pense qu’il va faire le plateau en bois et que je vais trouver des pieds comme pour la table basse. Pour moi, même si mon premier réflexe est de chercher du seconde main, je n’ai pas de soucis à acheter neuf quand j’ai vraiment une envie précise (ou des bons d’achat offerts par le boulot à passer). j’essaie alors ,comme toi, de me tourner vers des fabricants français ayant des valeurs proches des mienne ou alors si ça doit vraiment venir d’Ikea et consorts il faut que ce soit en bois brut (même si leur fabrication pose soucis c’est moins pire que du contreplaqué).

Répondre
Chacha 20 mars 2019 - 10 h 18 min

Personne n’est parfait 😉

Répondre
Vérone 23 mars 2019 - 10 h 00 min

Tu es hyper vigilante sur ta consommation, c’est déjà énorme. Peut-être rencontres-tu ici une nécessité qui se présente toujours à nous un jour ou l’autre : le besoin de flexibilité. Globalement de la seconde main, mais pas au point de ne plus avoir la main, justement, sur l’aspect de notre maison. Tant que l’achat effectué te semble réellement durable, il vaut mieux peut-être qu’une table basse qui t’agresserait visuellement tous les jours de l’année parce qu’elle n’est pas du tout ce que tu voudrais qu’elle soit.

Répondre
Noémie 28 mars 2019 - 14 h 58 min

Pour ma part, je vis dans un appartement en centre-ville. J’achète énormément d’occasion, leboncoin est l’un de mes meilleurs amis. L’occasion me permet de ne pas avoir le même intérieur que tout le monde, et me donne beaucoup de flexibilité. Je veux une table basse, je regarde ce qu’il y a dans un rayon de 20km et je me projette sur ce que je trouve. Et parfois je sors bredouille, mais pas d’urgences pour moi. Et le dimanche matin, flâner en brocante est pour moi, mon petit moment. D’avril à octobre, je peux y être tous les dimanche, un vrai plaisir. Et tout cela m’évite les magasins quels qu’ils soient et pour moi, c’est du bonheur !

J’achète neuf lorsque cela devient urgent ou que nous sommes très exigeant sur le produit (marque, modèle ou état).

Répondre
Andrée-Ann 31 mars 2019 - 17 h 38 min

« Ou commère » J’adore, je suis pareille !

Mon conjoint et moi avons justement emménagé hier dans notre nouvel appartement.

Nous avons réutilisé tous nos meubles, certains neufs d’il y a quelques années et quelques-uns que mes parents ne voulaient plus. Trois nouveaux en bois s’ajouteront en avril (banc pour la table à manger, meuble de télé qui fera également office de porte stéréo, et un coffre). Ils seront fait localement =)
Je regrette déjà un peu d’avoir demandé un coffre car je sens qu’il sera superflu, mais je sais qu’il sera bien utile quand nous aurons des enfants.

Le salon est très peu rempli : petit sectionnel de 3 places, meuble télé, 1 arbre à chat et une « table » (que j’avais acheté pour dépanner il y a 1 an, je la trouve affreuse mais plus je la regarde, plus je l’aime dans sa laideur!) pour y déposer boîte de mouchoir/bougie/livre du moment. Au début, je me suis dit :  » C’est beaucoup trop vide ! ». Et en fin de journée, je me suis surprise à me dire que ça faisait finalement beaucoup de bien que ce soit aussi « minimaliste ».

Pour la déco… J’ai décidé de laisser dans une boîte plusieurs décorations, car je ne veux plus encombrer le décor. Par contre, je ne veux pas les donner, parce que je sais pertinemment que dans 3-4 mois, je vais avoir une bulle de  » Oh-mon-dieu-achetons-des-tonnes-de décos-qui-finiront-sûrement-à-leur-tour-dans-une-boîte-à-donner ». Je me dis que ma boîte déjà remplie me servira de « reminder » pour éviter que la situation se répète hi hi.

Je salue ta détermination et tes convictions, c’est très inspirant =)

Répondre

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site Web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.