Accueil Rangement Extrait de mon ebook Opération Organisation : Une place pour vos souvenirs

Extrait de mon ebook Opération Organisation : Une place pour vos souvenirs

par Moe
Opération Organisation - Maéva Orsi

J’ai la joie de vous informer de la publication de mon premier ebook intitulé « Opération Organisation ». Il sortira la semaine prochaine. Voici pour vous, chers Robinson en exclusivité, un extrait consacré à la place de nos souvenirs.

Comme je l’avais expliqué dans un précédent article, cet essai pratique s’adresse aux personnes qui souhaitent remettre de l’ordre dans leur organisation et à celles qui me suivent depuis longtemps et qui souhaitent approfondir les sujets que nous abordons ensemble depuis quelques années déjà sur ce blog.

Chapitre 3 : Une place pour vos souvenirs

Enfant, je me souviens que je passais beaucoup de temps, allongée sur l’herbe, au pied de l’abricotier, à observer les sillages des avions qui formaient des silhouettes si particulières dans le ciel. Ce genre de souvenir ne prend pas beaucoup de place, contrairement à beaucoup d’autres.

Quand nous faisons le choix d’une vie simple, vient le jour où nous devons nous demander ce que nous allons faire de nos objets souvenirs. C’est l’étape, il me semble, la plus complexe avant de profiter des joies de la sobriété matérielle.

Un beau jour, nos parents nous demandent de récupérer nos affaires de jeunesse, et nous ne pouvons plus faire comme si de rien n’était. Nous devons trier ces objets et cette étape est souvent douloureuse pour certains. Photos, jouets de la petite enfance, premiers bulletins scolaires, coupes rapportées du judo… difficile de nous séparer de ces objets du passé qui nous rappellent notre chère enfance. Combien de souvenirs s’entassent à nos côtés ?

Pour que cette étape soit une réussite, nous pouvons choisir non pas de nous « débarrasser » de nos souvenirs, mais de faire « une sélection » des meilleurs d’entre eux. Pour cela, nous allons confectionner une boîte à souvenirs. Mon grand-père en possédait déjà une. Un jour, lorsque je me promenais dans son grenier, je découvris au fin fond d’un tiroir de table de nuit une petite boîte en bois, toute poussiéreuse. Le butin sous le bras, je suis alors sortie du grenier pour aller me réfugier dans le jardin, à l’abri des regards. Quand j’ai ouvert cette boîte, j’ai découvert une petite série d’objets plus ou moins insolites : bagues, clés, tickets de loterie, petits bibelots anciens… j’avais déniché un trésor ! Ce souvenir intense restera gravé à jamais dans ma mémoire.

Vous pouvez donc en faire de même. Trouvez une boîte solide et jolie de la contenance qui vous plaît. Vous choisissez en fonction de vos goûts, du style de votre maison, mais le principal est d’en avoir qu’une. Vous pouvez même opter pour une malle, qui ajouterait une touche de luxe à votre intérieur. Tout le principe de la boîte à souvenirs est de réunir l’ensemble de vos meilleurs souvenirs à un seul et même endroit magnifié. Plutôt que de disposer vos vieilles affaires un peu partout dans la maison, dans le grenier ou au fin fond de votre garage, vous accordez à vos souvenirs phares une place de choix. Ces objets « cultes » méritent eux aussi que vous les mettiez en valeur.

Photos de famille, souvenirs d’enfance, matériel scolaire

Remplissez votre boîte à souvenirs d’objets qui vous tiennent particulièrement à cœur. Il peut s’agir de CD de votre époque lycée, d’un doudou, d’un body quand vous étiez poupon, de certains jouets ou articles de collection… Vous pouvez y installer des photos de famille, quelques souvenirs de l’école primaire, des dessins que vous aviez réalisés étant plus jeune. Constituez un trésor secret, l’incarnation matérielle de votre mémoire et de votre histoire. Et quand votre boîte est pleine, éliminez tous les autres objets que vous avez décidé de ne pas conserver. Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas vos objets. Les possessions matérielles sont ce que vous « avez », et non ce que vous « êtes ».

Le piège du garage

Peut-être avez-vous, en emménageant dans un nouveau logement, découvert du jour au lendemain les bienfaits d’avoir un garage.

Ah le garage ! Cet endroit si pratique dans lequel nous pouvons entreposer toutes les affaires que nous n’utilisons jamais, à l’abri des regards indiscrets. Seulement au bout de quelques mois, et de quelques années, les problèmes font surface. Votre garage dans lequel vous couchiez auparavant votre véhicule, s’est transformé en véritable dépotoir. Méfiance !

Comme l’indique le Larousse, le garage est un « lieu couvert où l’on remise les véhicules ».

Le souci, c’est qu’à notre époque, les intérieurs sont de plus en plus petits, alors on accumule, on accumule et on transforme très rapidement son garage en véritable caverne d’Ali Baba. J’en ai moi-même fait les frais ! Quand je me suis installée dans mon appartement nantais, j’ai très vite pris le pli : souvenirs bien sûr, que je n’osais pas jeter, mais aussi affaires de Noël, vélos, anciens vêtements de bébé, articles de puériculture, matériel de bricolage, objets plus ou moins en bon état qui n’avaient plus leur place dans la maison, mais que nous gardions « au cas où ». Au cas où quoi ? Je ne sais même pas. Très vite, je n’avais presque plus la place de garer mon véhicule, alors que c’était l’idée au départ quand nous avions craqué pour cet appartement.

Un jour, j’ai croisé une voisine d’un certain âge, qui s’apprêtait à ouvrir la porte de son garage souterrain. À première vue, cette dame avait l’air plutôt chic, élancée sur son vélo électrique, dans un style « bobo » des plus sympathiques. Mais quand elle a relevé la porte de son garage pour y ranger son vélo, mon sang n’a fait qu’un tour : des tonnes de cartons et d’affaires s’y amoncelaient jusqu’au plafond ! On y trouvait des meubles en mauvais état stockés depuis bien trop longtemps dans un endroit humide, un vieil évier, des anciennes portes vitrées qui ne provenaient pas de son appartement relativement récent, des vieux rouleaux de tapisserie… La pauvre dame avait tout juste la place d’y entreposer son vélo, et ne pouvait même plus accéder au fond de son garage qui était devenu un box de rangement ou autre stand de vide-greniers ! Le garage ne correspondait pas du tout au personnage… On se serait cru dans un épisode de Storage Wars, la célèbre émission américaine ou les garde-meubles abandonnés sont vendus aux enchères.

Un conseil donc : évitez d’encombrer votre garage, ou faites un tri régulièrement au moins chaque année. Car très vite, vous n’allez plus le reconnaître. Et vous serez très vite dépassé par les affaires poussiéreuses. Pour trier votre garage, le plus simple est d’y aller par étapes : tout d’abord, prévoyez une zone « à jeter ». Puis, rangez chacune de vos affaires par catégories : un tas pour les jouets, un tas pour les vêtements, un tas pour les articles de décoration, etc. C’est pareil pour les souvenirs, que vous pouvez trier par catégories. Ensuite, triez chaque tas : soit vous les rangez à leur place dans la maison, soit vous les jetez/donnez, soit vous en conservez une petite partie que vous rangerez de manière organisée dans le garage, sur des étagères par exemple. Enfin, allez à la déchèterie jeter toutes les affaires inutiles ou cassées qui vous encombrent pour rien.

Vous méritez mieux que cela. Si vous souhaitez transformer votre garage en pièce à vivre, rien ne vous l’interdit, lancez-vous ! Ces mètres carrés supplémentaires peuvent vous offrir bien plus qu’une déchetterie à domicile : salle de sport, salle de musique, espace « Do it yourself », ou tout simplement garage à proprement parler, dans lequel vous garez (comme son nom l’indique) votre voiture et vous avez rangé tout votre matériel de bricolage de façon pratique et ordonnée.

Et vous, comment gérez-vous votre relation avec vos souvenirs ? J’espère que cet extrait vous a plu, et que la suite vous plaira tout autant 🙂

8 commentaires

Articles qui pourraient vous intéresser

8 commentaires

coco35 18 janvier 2019 - 13 h 12 min

Bonjour, je suis régulièrement vos réflexion sur le minimalisme.
Mon désencombrement me fait avancer encore plus vers un minimalisme réfléchi.
Après un désencombrement drastique, pièce après pièce, je suis à un moment de la vie où je me demande que vais-je laisser à mes enfants;
j’observe mon papa, âgé de 78 ans, faire un désencombrement où il débarrasse, donne tout ce dont il n’a plus besoin, lui qui stockait pour les au cas où (étant un enfant né pendant la deuxième guerre, il a toujours fait attention à ce qu’il jetait) .
Moi de mon côté, je suis en train de terminer de désencombrer mon grenier où j’avais stocké des objets souvenirs des enfants, et le grenier était tellement rempli qu’on ne pouvait presque plus y mettre les pieds, je n’ai garder que peu de choses des enfants (mes deux aînés) qui s’apprêtent à quitter le nid (doudou, costume de danse, chausson de danse, quelques voitures pour mon garçon et c’est tout..) maintenant il me reste plus que les photos de famille que je souhaite scanner et faire un album ou un cd pour chaque enfant, mais je sais que je m’attaque à un gros challenge….plus la maison est grande plus elle devient lieu de stockage, c’est la réalité on se fait rattraper par le quotidien, et on ne prend plus le temps…..

Répondre
Moe 22 janvier 2019 - 17 h 14 min

Exactement, parfois nous manquons cruellement de temps. C’est pour cette raison que je préconise de consacrer quelques jours d’affilée au grand ménage pour faire le tri (jusqu’au bout) dans sa maison une bonne fois pour toute, avec des sessions annuelles si jamais le bazar refait surface.
Sinon, on ne s’attaque pas au vif du sujet et on se laisse envahir rapidement par tous ces objets en tous genres.

Répondre
Sophie 18 janvier 2019 - 16 h 50 min

Salut !

Merci pour ce bel article 🙂 Plus jeune, j’ai plusieurs fois déménagé. J’ai donc pris l’habitude de trier mes souvenir et de ne garder que mes préférés. Tout entre donc dans une petite boite, qui est d’ailleurs chez mes parents, puisque je me suis expatriée il y a plusieurs années. Au fur et à mesure de mes années à l’étranger, j’ai commencé à dématérialiser mes souvenirs, à m’éloigner d’objets qui pouvaient me les rappeler. Lorsque je vis un moment dont je veux me souvenir, je m’assure de prendre une photo, une vidéo ou un enregistrement audio. Après avoir vécu le moment, je passe un instant à me raconter à moi-même ce que je viens de vivre. Me l’entendre me le raconter me permet de mieux l’inscrire dans ma mémoire.

Plus tard, en regardant les photos de ce souvenir (sur mon téléphone ou mon ordinateur), je me raconte à nouveau le souvenir. De cette manière, j’arrive à l’entretenir.

Pour l’instant, ça fonctionne plutôt bien 🙂

Répondre
Moe 22 janvier 2019 - 17 h 12 min

Bonjour Sophie,
Quelle belle idée du souvenir, une ode à la lenteur.
Je serai curieuse de voir cette boîte ! Ça me donne l’idée de sortir un hashtag sur Instagram : #boiteasouvenirs 🙂 Si jamais tu veux partager !

Répondre
Caroline 21 janvier 2019 - 13 h 06 min

Félicitations pour ton ebook!! ca promet d’etre très intéressant et motivant!
Depuis quelques semaines, c’est le GRAND (mais très grand!) désencombrement!
Nous avons réduit nos armoires de 50%, du coup j’ai vidé une commode entièrement, qui pourra etre donnée, les photos ont été drastiquement triées… je gardais les cahiers d’école des enfants, la primaire n’est pas fini que j’avais déjà 3 boites d’archives… j’ai réduit à une boite par enfant.
Les livres, pareil, on en a en ebook ou a la bibliotheque, donc j’ai plusieurs cartons soit à donner soit à revendre sur Momox…
bref il reste cuisine et garage encore à faire! (gros chantier là mais rien de stocké, plutot des outils et des trucs gardés au cas ou pour le bricolage). Les « au cas ou » c’est le pire!
on a « de la chance » que le garage soit trop froid et potentielleent humide, donc on n’y stocke rien, mais on a une petite piece de 5/6m2 je dirais ou on stocke tout ce qui est decos de noel, bocaux vides, affaires de cuisine que l’on utilise pas tjrs… bref, une etagère Kallax du ol au plafond avec des bacs, que je vais me faire un plaisir de vider!
mon homme est supra motivé en ce moment alors j’en profite, mais un peu plus sur la réserve que que moi qui te balance tout direct chez Emmaus sans états d’âme!
mais ca fait un bien fou, on se sent plus libre, on se dit que déménager est moins un problème, par exemple!

Répondre
Moe 22 janvier 2019 - 17 h 07 min

Super ! Tu es dans la phase passionnante du grand désencombrement, félicitations pour cette nouvelle vie qui t’attend 🙂
Tu verras bientôt des bienfaits dans tous les aspects de ta vie : quotidien, relations familiales-amicales, finances personnelles… quand on fait le choix d’axer sur l’essentiel, on vit plus épanouis. Bon courage pour le reste du tri !

Répondre
Patricia 22 janvier 2019 - 15 h 52 min

Hello, félicitions pour ton ebook !
J’ai toujours gardé que des échantillons de mes souvenirs. Ma vie d’ado tient dans une boîte. Les dessins de mes enfants sont triés pour ne garder que les plus représentatifs / drôles / touchants. Par contre, certaines personnes arrivent à jeter des photos, ça je ne peux pas, en revanche je n’en imprime quasiment plus.
A bientôt 😉

Répondre
Moe 22 janvier 2019 - 17 h 05 min

Merci pour ton commentaire ! Et oui, choisir ses souvenirs est plus valorisant que de se dire qu’on va les éliminer.
Pour les souvenirs d’école, c’est difficile de faire le tri. Pour le moment, le mien est en maternelle, mais ça va vite s’agrandir… Pour les photos, l’idéal est de constituer quelques albums phare à feuilleter au coin du feu les dimanches après-midi d’hiver. On ne prend jamais le temps d’en faire, maintenant que tout est numérique, dommage.

Répondre

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site Web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.