Accueil Minimalisme Comment la gestion de vos finances personnelles va vous changer la vie

Comment la gestion de vos finances personnelles va vous changer la vie

par Moe
finances personnelles

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé épargner mon argent.

Du haut de mes 7-8 ans, j’ai commencé à recevoir un peu de liquide à l’occasion des anniversaires, de Noël et des tâches que j’effectuais de temps en temps.

Je n’avais pas de compte en banque à l’époque, ni de cachette où planquer ma richesse. C’est ma mère qui jouait le rôle de la banquière. Je lui confiais mes deniers, et elle consignait chaque entrée/sortie dans un petit carnet.

Mon premier gros achat, c’était une chaîne hi-fi SAAB hyper puissante. J’avais réussi à accumuler 600 francs à l’époque pour me l’offrir, après deux années d’économies et de dur labeur. C’est toute timide que je m’étais rendue chez Darty pour m’offrir le monstre.

Aujourd’hui, le charme continue d’opérer. Ce n’est pas une question d’éducation, car mon frère a toujours été dépensier, mais c’est dans mon sang. J’adore économiser. C’est la vie. Je passe sûrement pour une radine auprès de mon entourage, moi, je préfère me définir comme économe.

Depuis quelques mois, je lis des ouvrages sur la bonne gestion des finances personnelles. En effet, malgré mon profil, je pratiquais beaucoup la politique de l’autruche sur mes finances. Je ne prenais plus le temps de suivre mes comptes.

Cette situation ne me ressemblait guère ! Je me dégouttais moi-même. Alors, j’ai décidé d’agir.

Je vais vous expliquer comment la bonne gestion des comptes associée à la simplicité volontaire peuvent vous aider à assainir votre situation financière, et à donner vie à vos projets les plus fous.

1. Tout d’abord, formez-vous à la gestion des finances personnelles

Quand j’étais petite, je construisais des cabanes, je jouais à la marchande et je recherchais en permanence des petits boulots pour gagner quatre sous (essentiellement, le ménage de la chambre de mon frère).

Aujourd’hui, j’écoute mon enfant intérieur, en m’intéressant à l’immobilier, en vendant mes services aux entreprises et en testant toujours plus de jobs annexes pour compléter mes fins de mois.

Or, depuis quelques mois, je faisais l’autruche : je ne regardais jamais mes comptes, et craignais justement de voir la réalité en face, un peu comme la pesée à la fin des vacances…

Un premier livre m’a fait changé d’avis sur notre mode de consommation, et notamment sur la simplicité volontaire : c’est Simplicité volontaire, plus que jamais, de Serge Mongeau.

C’est un ouvrage clair, argumenté et étudié d’un médecin et auteur québécois qui va vous expliquer comment notre système fonctionne, comment les gens s’entêtent à consommer sans aucun but, et comment sortir de ce schéma de pensée. Sortir de la bulle consommatrice demande des efforts, puisque depuis tout petits, on nous inculque de dépenser notre argent. C’est un réflexe du quotidien. Et sortir du moule est difficile puisque cela demande de combattre le biais du statu quo.

Vous pensez que la simplicité volontaire est réservée aux hippies et autres ploucs ? Et bien, vous vous trompez. Vous allez voir à quel point les humains sont aveugles, eux qui ont tout à portée de main, grâce aux progrès réalisés jusqu’ici, mais qui s’acharnent à travailler toujours plus pour pouvoir s’offrir toujours plus de biens de consommation. Sans aucun but derrière.

Ensuite, j’ai lu le cultisimme Père riche, père pauvre (dont je vous ai déjà parlé ici), dans lequel l’auteur nous démontre qu’il est vain de vouloir gagner plus d’argent en tant que salarié, car cela engendra stress et culpabilité. Vous allez utiliser cet argent pour augmenter vos dépenses dans des biens de consommation futiles (voiture, habits, télévision, etc.), et finalement vous n’arriverez jamais à rehausser votre niveau de vie.

Ce qu’il faut transformer, c’est tout l’état d’esprit dans lequel vous êtes. Vous devez apprendre à renoncer à l’achat futile, à mettre de l’argent de côté, et à le réinvestir quand c’est le bon moment pour vous.

Tout cela pour dire, qu’on ne nous a jamais appris à gérer nos finances.

À l’école et à la maison, nous avons toujours entendu les mêmes discours : sois doué à l’école, fais des études et tu pourras avoir un travail qui te paie bien.

Dans notre cas, le contrat est rempli. Nous avons bien travaillé à l’école, nous avons décroché notre diplôme, et nous avons maintenant une bonne rémunération.

Oui, mais il manque quelque chose à ce raisonnement. Il manque l’éducation en matière de finances personnelles. Comment bien dépenser son argent ? Personne ne nous l’a jamais appris.

Vous avez certainement des économies, que vous déposez chaque mois dans un livret.

Vous avez certainement acheté votre résidence principale avec un taux d’endettement maximal (33 % de vos revenus), et si c’est pas encore fait, vous prévoyez de le faire bientôt (et d’acheter un bien selon votre capacité d’emprunt maximale).

Malheureusement, vous devez comprendre que placer tout votre argent dans des biens passifs, c’est-à-dire qui ne vous rapportent pas d’argent, c’est vous endetter pour la vie.

Personne ne m’a jamais appris que l’argent que je dépense, c’est de l’argent que je brûle. Donc quitte à le brûler, autant le faire intelligemment.

2. Prenez ensuite le temps de mettre le nez dans vos comptes

Maintenant que vous avez lu des ouvrages intéressants et motivants sur le pourquoi du comment vous devez éviter de jouer le bon petit soldat, vous devez assainir vos comptes et retrouver une santé financière.

Pas le choix que de mettre le nez dans vos comptes. Faites un bilan sur vos dépenses et vos entrées. Voyez ce qui est utile ou pas. Comptez toutes les sorties au restaurant/les cafés à l’extérieur, les frais d’essence, les achats de dernière minute au Carrefour Market du coin ou le petit pain au chocolat qui va bien le vendredi matin. Établissez un budget clair et précis.

Vous n’avez pas forcément besoin de vivre comme un gueux, mais vous pouvez utiliser votre cerveau pour limiter les dépenses. Par exemple, si vous appréciez boire un cappuccino le matin avant d’aller au bureau, au lieu de la payer 4 euros chez StarDollar, vous pouvez peut-être investir dans une machine expresso avec cette fonction, et limiter les dépenses à long terme.

Vous dégusterez toujours votre boisson préférée, avec en plus la satisfaction de le préparer vous-même.

On est barista ou on ne l’est pas ??

L’idéal est de verser chaque mois la même somme pour financer votre train de vie mensuel. Le reste, vous le placez sur vos livrets dans un premier temps.

Côté crédits / emprunts / dettes personnelles, faites le point sur tous les montants à rembourser. Cela ne va pas vous faire plaisir, mais vous allez devoir travailler pour rembourser toutes ces dettes. Monter sur l’échelle de la richesse demande de la persévérance, de la discipline et du courage. Loin de moi l’idée de vous forcer à vivre comme un pouilleux, je vous conseille d’adopter un train de vie sobre, en cohérence avec vos moyens et non plus avec vos désirs.

Pour rembourser vos dettes, je vous recommande de passer par la méthode Boule de neige : vous allez commencer par rembourser la plus petite somme empruntée, puis chaque mois vous rembourserez à hauteur de vos revenus les sommes restantes de manière progressive. Si vous devez 100 euros à votre mère, et 5 000 euros en crédit à la consommation, vous commencerez par rembourser la première dette, et ensuite la deuxième. Pas l’inverse.

Vous utiliserez ainsi la Loi de Newton qui déclare qu’un corps en mouvement reste en mouvement (autrement dit, si vous commencez à liquider vos dettes, vous avancerez toujours dans cette même bonne direction).

3. Ficelez la stratégie d’épargne

Quel montant souhaitez-vous épargner ? Et pour quoi faire ? Avec combien d’argent pouvez-vous vivre chaque mois ?

Premier réflexe : payez-vous toujours en premier. Réservez toujours une somme d’argent à votre épargne personnelle. En général, on peut se rémunérer 10-20% de son salaire (en fonction de vos moyens), mais aussi beaucoup plus, en fonction de votre capacité d’épargne et de votre sobriété au niveau du budget.

Établissez un plan, cela va vous motiver. Ne progressez pas à l’aveugle. Par exemple, j’ai un crédit sur le dos que j’ai dû contracter pour la pose de mes gouttières (que je n’avais pas prévu lors de la construction), et bien je suis en train de travailler pour liquider cette dette le plus rapidement possible.

4. Avant de vous lancer dans de nouveaux projets, effacez vos dettes existantes

On veut toujours aller vite et plus loin. Les projets rythment notre vie, et c’est eux qui nous font vibrer !

La vie serait insipide sans projet.

Imaginez cette conversation entre deux amis de longue date :

  • Salut Marie, ça va ?
  • Oui et toi ?
  • Bien bien, quels sont tes projets ?
  • Aucun.
  • Okayyyyyy.

Oui, mais voilà. C’est sûr, aujourd’hui tout va vite. Très vite.
On veut tout tout de suite, en un claquement de doigt. Nous sommes la génération Amazon Prime.

Sauf que si vous avez des projets plein la tête, vous allez devoir apprendre la patience. Ne vous lancez pas à corps perdus dans plusieurs projets si les finances ne suivent pas. Vous prévoyez de partir en vacances cet été, mais vous avez un chantier à rembourser, alors ne vous endettez pas encore plus. Essayez de vivre avec vos moyens, et de ne pas « péter plus haut que votre cul » (pardonnez moi l’expression).

Ce n’est pas la mort si vous ne pouvez pas tout faire en même temps. Apprenez à patienter. Rome ne s’est pas faite en un jour. Votre déco non plus.

5. Pour les petites dépenses plaisir, videz vos placards

J’aime l’idée de réaliser de petits achats plaisir de temps en temps, sans pour autant fusiller mon tiroir caisse.

Alors, depuis quelques mois, je revends toutes les babioles possible, même si c’est pour gagner dix ou vingt euros. OK cela me prend un peu de temps, mais quand je reçois l’argent, les sommes accumulées au fur et à mesure me permettent d’acheter des livres, de financer des petits travaux de décoration, ou de renouveler mes outils de travail.

Ainsi, je ne cède pas aux achats compulsifs (car il me faut un peu de temps pour accumuler l’argent nécessaire aux dépenses), je ne touche pas à mon épargne et je continue à liquider ma dette de manière sérieuse et efficace.

J’ai écrit plusieurs articles sur le sujet :

6. Multipliez les loisirs gratuits

Pendant ces vacances, avec les enfants, nous avons pratiqué beaucoup d’activités payantes, car à la fin de l’été, nous n’avions plus trop d’idées. Nous choisissions la solution de facilité. Nous voulions les occuper, et souvent cela passait par la case porte-monnaie.

Aujourd’hui, ce n’est plus du tout la même chanson. Exit les sorties au parc d’attraction et aux restaurants kids-friendly. On troque ces aspirateurs financiers avec des sorties en pique-nique, au bord de la mer, ou dans la nature. On voit un peu plus souvent les amis et la famille (pour leur plus grand plaisir d’ailleurs !). On partage des moments de convivialité sans nécessairement saigner le porte-monnaie.

7. N’ayez plus la folie des grandeurs

Essayez maintenant de vivre selon vos moyens et plus selon vos désirs.

Tout le monde a déjà vu le jeune à lunettes de soleil qui se balade dans un énorme SUV BMW et qui vous énerve, car vous vous demandez comment il a fait pour se payer ce bolide alors que vous à quarante balais vous roulez toujours en twingo.

via GIPHY

En fait, ces personnes là, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, vivent au-dessus de leurs moyens. Elles contractent des crédits, sont endettées jusqu’à l’os et malheureusement pour elles, ne parviendront jamais à s’élever sur l’échelle de la richesse personnelle.

Même si vous vous dites, moi je m’en fiche de l’argent, ou l’argent ne fait pas le bonheur, et autres remarques de ce style auxquelles même votre chien ne croit pas une seule seconde, vous savez au fond de vous que l’argent est un bien précieux pour avancer dans la vie. Donc essayez de ne plus le gâcher.

8. Et maintenant, enrichissez-vous !

Vous allez me dire : elle nous saoule Moe avec son argent ! Nous on est minimalistes, pas capitalistes !

OK je vois ce que vous voulez dire. Mais ma manière de voir la richesse n’est pas si étriquée qu’elle en a l’air.

Si j’économise de l’argent, ce n’est pas juste pour faire rougir de plaisir mon banquier. C’est juste une manière pour moi de ne plus être le pion de l’échiquier du capitalisme, mais plutôt la reine qui gagne à tous les coups.

En renonçant aux sirènes de la tentation consommatrice, en prenant le temps de bien gérer votre budget et en ficelant une stratégie d’épargne et d’investissement, vous allez dégager du temps libre pour vos passions et votre famille.

Vous n’allez plus vous tuer à la tâche pour vous payer le dernier écran TV à la mode.

Vous allez vous enrichir durablement, et le jour où vous aurez acquis la richesse visée, vous pourrez vous payer vos joujous high-tech fabriqués très très loin.

Pour vous enrichir, vous pouvez choisir d’investir dans divers placements :

  • Immobilier
  • Placements financiers
  • Bourse
  • Objets qui ne perdent pas de valeur

Autre solution, vous pouvez aussi liquider votre emprunt pour votre résidence principale en anticipé, et ainsi accéder plus rapidement à l’indépendance financière, ou travailler moins pour avoir plus de temps libre. C’est ça, la liberté !

Par exemple, la Youtubeuse The Fairly Local Vegan choisit d’injecter toutes ses économies pour rembourser en anticipé son emprunt immobilier. Ainsi, elle préfère faire attention aux dépenses du quotidien afin un jour, d’avoir la liberté et le choix de moins travailler ou de ne plus travailler du tout.

A vous de jouer !

Nous voilà arrivés au terme de cet article. C’est vrai que c’est osé de parler de finances personnelles sur un blog qui prône le minimalisme, mais pour moi, les deux vont ensemble. Si on décide de ne plus consommer bêtement, c’est un choix conscient, qui n’est pas arrivé par hasard. C’est un cheminement de pensée. Et je suis sûre que beaucoup de lecteurs seront d’accord avec moi. Les autres, j’attends vos critiques. Et n’oubliez pas : l’enrichissement ce n’est pas forcément monétaire, c’est aussi avoir plus de temps libre pour soi.

Et vous, comment faites-vous pour gérer vos dépenses ? Pourquoi épargnez-vous ? Avez-vous des objectifs chaque mois, chaque année ? A vos claviers 🙂

17 commentaires

Articles qui pourraient vous intéresser

17 commentaires

Chacha 27 septembre 2019 - 10 h 18 min

Excel Drive pour les dépenses du foyer, et petit tableau Excel perso pour mes dépenses personnelles. C’est bizarre à dire, mais tout est « millimétré » pour ne pas avoir à « calculer », à se demander comment on va finir le mois. Et encore plus bizarre je pense pour toi à entendre (ahah), mais j’épargne sans but précis ! Peut-être par sécurité en fait. Pas d’objectif en particulier, si ce n’est de mettre les sous qui arrivent « en plus » (le blog, le remboursement de mes frais de déplacement…) automatiquement de côté. Ça marche plutôt bien à mon petit niveau !

Répondre
Moe 30 septembre 2019 - 8 h 58 min

C’est génial ! Si tu as trouvé ton flow naturellement sans prise de tête, alors pourquoi faire compliqué ?

Répondre
Julie 27 septembre 2019 - 10 h 31 min

Merci pour cet article très instructif

Répondre
Aline 27 septembre 2019 - 13 h 37 min

Bonjour, pour ma part, je travaille d’une façon assez facile qui me permets d’économiser pas mal d’argent. Avant d’y arriver j’ai fait une grosse analyse de mes dépenses et j’ai éliminer le surplus, le double emploi, le non-nécessaire… J’ai fait une liste sur excel de toutes mes dépenses annuelles qui sont fixes (donc tous sauf dépenses de nourriture car cela dépends des mois et dépenses de vêtements/chaussures éventuels car je les considère comme des dépenses secondaires). J’ai donc additionné les dépenses annuelles (imaginons 24000€) que j’ai ensuite divisé par 12 (ce qui fait 2000 € par mois). Dans ces charges annuelles j’y ai ajouté un montant d’épargne mensuel compris dans les 2000€ (exemple 400€).
J’ai ouvert 2 comptes courant (1 que j’ai appelé factures et l’autre loisirs) et nous avons 1 compte d’épargne. Les 400€ sont versés tous les mois par un ordre automatique sur le compte loisirs. Quand nous recevons nos salaires, je fais le décomptes comme ceci:
1) nos salaires sont versés sur le comptes factures
2) je prends le montant de nos salaires (exemples 3800 € ) et j’y déduit la somme des factures calculée ci-dessus (2000€).
3) La différences (1800€) est versé sur le compte loisirs –> argent qui sert à payer la nourriture, les loisirs, les sorties, les habits…

Le système a l’air compliqué au départ mais au jour d’aujourd’hui je ne me demande plus jamais quand une facture arrive si j’arriverais à la payer, puisque je sais que l’argent est prévu sur le compte facture. Si c’est une facture annuelle, elle est cotisée en 1/12 tous les mois donc pas de soucis pour la payer. Quand j’ai envie de m’offrir quelques choses, je ne me tracasse pas de savoir si j’aurais encore de l’argent pour finir mon mois si je l’achète… Et si en fin de mois il me reste de l’argent sur le compte loisirs, je le transfert sur mon compte Épargne. Ce qui fait qu’en une année, nous pouvons mettre environ 15000€ d’épargne… Notre but était d’épargner pour avoir l’occasion de construire et c’est ce que nous sommes en train de réaliser.

J’espère pouvoir donner des tuyaux à certaines personnes qui en ont besoins.

Répondre
Moe 30 septembre 2019 - 9 h 01 min

Salut Aline,
Merci pour ton partage. Je me suis reconnue dans les chiffres que tu cites, donc ton exemple m’a tout de suite parlé.
J’aime l’idée d’avoir plusieurs comptes bancaires : un pour les versements/prélèvements automatiques du mois, notamment loyer, factures, cantine, etc. Un autre pour les dépenses « compressibles », comme les courses, les habits, les achats utiles, les sorties au resto. Et deux comptes épargne : un pour l’épargne de secours (problème de voiture, de dentiste ou vacances à anticiper), et un pour l’épargne à long terme, celle de l’accumulation qui va justement permettre de réaliser des investissements ou d’amortir son capital restant dû.
Je vais m’inspirer de ta méthode.

Répondre
Bonheur du Jour 28 septembre 2019 - 10 h 59 min

Article très intéressant ! Il faut faire ses comptes une fois par semaine et noter toutes ses dépenses. Nos anciens faisaient comme cela : ils n’avaient pas de compte sur internet mais ils savaient au centime près ce qu’ils avaient…. Et même avec peu d’argent, ils économisaient quand même…
Bon week end.

Répondre
Moe 30 septembre 2019 - 8 h 57 min

Eh oui on oublie parfois, les gestes les plus simples sont les plus durables.

Répondre
Linette 29 septembre 2019 - 13 h 42 min

Je n’ai jamais fait de budget ! je travaillais au service compta (factures clients-fournisseurs- pointage banq. déclarations sociales etc) et faire un budget me rase prodigieusement par contre je suis « écolonomique » même dans les périodes tendues nous n’étions pas en rouge en banque. La seule dette était la maison ce n’est pas une dette c’est un investissement -nuance- Nous avons toujours acquit nos biens de consommation comptant si pas l’argent nécessaire on attend ! Et puis entretenir ses affaires et ne pas avoir le dernier modèle du salon. Ne vivant pas comme un ascète j’ai tout ce dont j’ai « besoin » et cède à qq envies (dernière : un livre sur Audubon, si vous êtes région nantaise cela doit vous dire qq chose). Je voie que vos lectrices utilisent l’informatique pour tenir leurs comptes, trop sophistiqué pour ma génération j’ai lâché prise depuis la retraite (on est vite dépassé) seul le résultat compte papier crayon ou ordi. A bientôt.

Répondre
Moe 30 septembre 2019 - 9 h 03 min

Merci pour ton partage Linette. J’imagine que si tu avais la tête dans les chiffres toute la journée, tu devais en avoir ras la casquette le soir ! Merci pour le terme « écolonomique » que je viens de découvrir, et qui me correspond tout à fait ! Je ne suis plus à Nantes mais à Grasse maintenant 😉

Répondre
caroline 1 octobre 2019 - 13 h 51 min

je tiens les comptes sur excel aussi depuis plusieurs années et cela m’a permis de mieux voir où partait l’argent! De notre coté, on est en plein changement vers la simplicité volontaire, mais gros changement: on va vendre notre maison pour pouvoir déménager ailleurs, et acheter une maison a rénover sans refaire de crédit, ou nous allons tout faire pour etre autonomes au niveau énergétique et alimentaire, en tous cas le plus possible. Notre objectif est justement de ne plus etre prisonnier de ce systeme ou on paye sans arret, et pouvoir choisir un travail qui nous plait sans se soucier de pouvoir payer le loyer, le credit les factures de gaz etc… et aussi notre désir d’autonomie est guidé par la crise écologique et le fait que bientot par exemple on va faire face à une pénurie d’eau par exemple. A ce moment là, avoir deja les solutions en autonomie sera un plus… Donc la machine est en marche, c’est parfois très stressant car c’est un saut dans le vide… mais on y va!!

Répondre
Moe 2 octobre 2019 - 9 h 52 min

C’est une expérience très inspirante ! Ca mérite tout un article 🙂 J’adore ce projet de vie, bravo ! Ça sera à la campagne du coup ?

Répondre
vir0677 1 octobre 2019 - 17 h 01 min

Merci pour cet article très intéressant comme d’habitude. Au mois de juin, j’ai décidé de regarder mes comptes d’un peu plus près. On n’a pas de difficultés financières mais je trouvais bizarre qu’on n’arrive pas à mettre plus d’argent de côté. Et le constat a été sans appel : beaucoup d’argent partait en futilités en tous genres. La plupart du temps, c’étaient des petites sommes mais accumulées, ça fait beaucoup d’argent dépensé pour rien, je n’en revenais pas. On a décidé de redresser la barre et d’arrêter tous ces achats inutiles. On fait maintenant un budget pour chaque poste de dépenses et on s’y tient. Notre but, c’est de pouvoir se financer une belle cuisine d’ici un an et si on continue sur cette lancée, on y parviendra. Ça nous motive.

Répondre
Moe 2 octobre 2019 - 9 h 51 min

Oui c’est super quand on a un objectif en vue. C’était quel type de dépenses du coup ? Boulangerie, achats de dernière minute à la superette ? Sandwichs le midi à l’extérieur ?

Répondre
Gisele 5 octobre 2019 - 16 h 50 min

Article intéressant mais cependant pour le remboursement des dettes, je ne suis pas totalement en accord avec le fait de rembourser la plus petite somme systématiquement, moi je tiens compte surtout du taux d’emprunt qui à terme fait gonfler la dette. Et la seconde chose qui m’interpelle, le temps qui s’écoule pour arriver à cette notion subjective de la richesse, se compte en années et mis à part transmettre un patrimoine conséquent, qu’en est il de notre propre existence ? pourrons nous profiter pleinement de cet argent ? d’autant que je ne pense pas qu’à 60ans on ait encore des envies d’objets high-tech dernier cri.

Répondre
Moe 7 octobre 2019 - 13 h 46 min

Merci pour ton commentaire.
En effet, vouloir économiser chaque mois peut paraître contradictoire avec l’idée de mener une existence confortable, où on dépenserait sans compter.
Mais quand on chemine dans le minimalisme, on s’aperçoit rapidement que nous sommes nés pour être des consommateurs.
Or, si on décide un jour de renoncer à cette destinée par défaut, on devient libre, puisqu’on devient le propre acteur de nos choix de tous les jours. Et c’est là que l’existence devient pour moi excitante, puisqu’on ne suit pas, on mène.
Après il ne s’agit pas non plus de vivre comme un moine, il y a un juste milieu adapté à chaque situation. Certains trouvent essentiels d’avoir un grand écran à la maison, d’autres préfèrent se rendre au cinéma ou à la médiathèque.
On ne renonce pas aux petits plaisirs. Juste on agit en pleine conscience.

Répondre
Gisele 8 octobre 2019 - 6 h 42 min

Merci d’avoir répondu, le débat est intéressant
oui on est bien d’accord sur le sens global de ce post, ce qui m’a embeté dans cet article c’est ce paragraphe
« Vous allez vous enrichir durablement, et le jour où vous aurez acquis la richesse visée, vous pourrez vous payer vos joujous high-tech fabriqués très très loin »
là j’avoue que je ne comprends pas trop si on est dans un esprit minimaliste ou dans une finalité de richesse monétaire dans le but de dépenser (enfin) des objets pas très minimalites, tant sur le plan utilité (joujous) ni écologistes (fabriqués très loin)

Répondre
Moe 8 octobre 2019 - 10 h 57 min

Justement c’était une phrase ironique, d’où le vocabulaire employé !
Cela dit, on peut très bien se payer une voiture hybride par la suite et fabriquée en France, par exemple. Là ça serait cohérent.

Répondre

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site Web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.