Accueil Minimalisme Mes 3 principes pour un salon minimaliste agréable

Mes 3 principes pour un salon minimaliste agréable

par Moe
Salon minimaliste

Le mois dernier, nous avons fait le grand ménage dans la pièce la plus vivante de la maison : la cuisine. Ce mois-ci, nous allons nous intéresser au cœur du foyer, celui qui regroupe quotidiennement tous les membres de la famille et assez régulièrement nos amis les plus chers : le salon salle à manger. Je vous propose un tour d’horizon du salon minimaliste et mes conseils pour le meubler et l’organiser astucieusement. Découvrez ma méthode d’ameublement et de rangement pour vous sentir en paix dans votre salon. Bonne lecture !

Beaucoup de minimalistes célèbres, comme Léo Babauta, Marie Kondo ou Fly Lady, préconisent de se débarrasser de tout ce qui est inutile dans une maison. Il faut jeter tous ses livres qui prennent la poussière, les tapis qui ne font qu’attirer les acariens, supprimer la vaisselle des grands jours qui appartient à une tradition passéiste…. Et j’en passe. Personnellement, même si je trouve qu’un intérieur épuré est toujours plus agréable à vivre qu’une maison « vivante », il y a sans doute un juste milieu entre tout débarrasser et tout garder. Pour moi, le juste milieu c’est savoir faire l’équilibre entre sa vraie nature et ses besoins réels. C’est savoir qui on est vraiment, aujourd’hui. C’est accepter que nous ne soyons plus la même personne qu’il y a dix ans. Que les choses évoluent et que notre intérieur évolue aussi. Nous devons essayer de ne pas figer notre maison dans le passé, nous réfugier dans des souvenirs qui empêchent de voir la réalité en face ou d’avoir le regard vers l’avant. La maison doit nous inviter à la découverte et au renouveau.

Pour atteindre ce juste milieu, j’ai organisé ma méthode de rangement autour de 3 grands principes pour faire de notre maison un lieu agréable à vivre. Les voici.

Les 3 principes du salon minimaliste selon Moe

 

Vivre loin des souvenirs et axer sa vie sur le présent

Le salon est la pièce figée par excellence. On ne change jamais de disposition, on y fait rarement le tri, on ne remplace jamais ses meubles qui coûtent généralement assez cher. On se contente de suivre des codes pour le meubler de la meilleure manière qu’il soit : canapé, table basse, buffet, table à manger, meuble télé, étagères remplies de livres ou d’autres objets culturels. En parallèle, notre existence suit son cours le plus naturellement possible. On grandit, on évolue, nos goûts, nos habitudes, nos manières de faire changent. On célèbre des dizaines, on devient mari ou femme, parent, grand-père ou grand-mère… et la personne que nous étions hier n’est plus tout à fait la même que celle que nous sommes aujourd’hui. Alors, dans un intérieur qui n’évolue pas, qui vieillit, ancré dans le passé, on se voit errer parmi une vie de souvenirs qui ne nous appartient plus. On croise un piano que nous n’avons plus le temps de toucher. On passe devant une collection de films auxquels nous ne faisons plus attention. Le reflet de notre vie passée est matérialisé par les pages de nos romans qui commencent à jaunir. Le salon, et les éléments qu’il comporte, notamment et surtout les collections de livres, CD ou DVD, ne doivent pas être là pour nous faire culpabiliser de ne plus être la personne que nous étions jadis. Ils ne doivent pas nous transformer en êtres nostalgiques d’une époque que l’on croit naïvement comme douce. Le passé sera toujours plus doux que le présent. C’est scientifique. Alors, pour vivre heureux dans un salon minimaliste, le secret est de tout mettre en oeuvre pour l’associer à sa vie présente. À la magie de l’instant, au carpe diem, au bonheur d’être ensemble. Nos objets doivent rester dans le présent, être vivants.

En pratique :

Si vous n’avez pas encore lu cet article détaillé concernant le désencombrement des objets culturels, il est temps de s’y coller. Faites le tri dans vos objets culturels : CD, DVD, livres, magazines… et souvenirs de vacances et albums photos. Commencez par faire deux piles :

  • Les objets auxquels vous ne tenez plus et que vous êtes sûrs que vous n’utiliserez plus jamais. Ceux-là, vous vous en débarrasserez au plus vite.
  • Les objets qui sont chers à vos yeux, et que vous avez du mal à quitter. Parmi les objets de cette catégorie, demandez-vous pourquoi vous êtes si attaché à ces reliques. C’est à ce moment précis que vous verrez se dessiner deux nouvelles sous-catégories :
    • Certains objets vous donnent un sentiment d’amertume concernant votre vie actuelle (des choix que vous regrettez, une envie de retrouver une situation antérieure). Il est donc temps de prendre le taureau par les cornes et de vous interroger sur votre existence. Si vous êtes tant attaché à ces objets, c’est qu’ils vous rassurent, et vous sécurisent dans une vie actuelle qui ne l’est pas. Essayez de résoudre certains problèmes existentiels. Essayez de revoir votre organisation, de vous remettre en question et surtout, de vous demander ce qui vous rend heureux. Axez votre quotidien autour de cet impératif. Réorganisez-vous, dégagez du temps pour vous. Faites-vous plaisir. Ne vous oubliez plus. Bientôt, vous pourrez vous défaire des objets de cette catégorie.
    • Certains objets appartiennent à votre identité actuelle, à votre personnalité. Vous ne pouvez pas vous en défaire, car ces objets sont toujours associés à vous-même, au présent. Ils ne sont pas du passé donc, mais bien du présent. Inutile de vous en débarrasser donc car ils ne vous piègent pas dans une image faussée du passé qui vous empêche de vous regarder tel que vous êtes aujourd’hui. Gardez donc ces objets.

 

Avoir une maison à son image

Dans la mouvance minimaliste, on parle souvent de ce qui est essentiel, utile. Les notions de plaisir et de confort sont souvent mises de côté. Pour moi, la maisonnée mérite d’être bichonnée comme on se bichonne soi-même. Même si ce n’est pas forcément nécessaire de se faire beau, le matin on se lève, on se lave, on s’habille avec goût et on se maquille uniquement pour son propre plaisir et son propre bien-être. Quelque part, l’esthétique est une forme de minimalisme, car elle contribue à notre équilibre personnel et à notre bien-être général. Ce n’est donc pas un comportement superficiel.

Pour la maison, c’est pareil. Bien sûr, vous la nettoyez régulièrement, il n’y a pas de doute là-dessus. Un intérieur est souvent le reflet de la personnalité de la personne qui y habite. Mais il faut aussi penser à sa beauté, à son esthétique. Dans la maison, il faut s’y sentir bien. Et il faut donc participer à son embellissement d’une manière ou d’une autre.

Pour cela, on utilise des objets décoratifs, des plantes vertes, des miroirs, des tableaux. On cherche simplement à trouver l’équilibre entre le trop et le pas assez. On privilégie les matières brutes comme le bois et l’acier, et limite les jeux de couleurs à deux ou trois maximum. Tout est question d’équilibre, de matières, et de simplicité. Le secret pour se sentir bien chez soi, c’est de faire au plus simple. Ne cherchez pas à être partout. Faites des choix et donnez une identité à votre intérieur.

En pratique :

Pour embellir son intérieur, on prendra soin de faire preuve de cohérence et de simplicité. En art, le monochrome est souvent considéré comme la manifestation du beau, de l’infini. C’est dans la simplicité la plus pure qu’il est possible de trouver la vérité par différents chemins de pensée. Pour Malevitch, un tableau doit permettre de libérer l’esprit du monde matériel pour accéder à un espace infini où seul l’être et non l’avoir compte. Comme en art, où les tableaux les plus simples reflètent ce qu’il y a de plus beau, on privilégie deux trois codes couleur, le noir le blanc ou le gris, et une couleur plus chaude pour amener de la vie. Dans la philosophie feng-shui, par exemple, on conseillera d’apporter des touches de rouge ça et là pour le côté sensuel, vivant et le dynamisme qu’on associe souvent à la pièce de vie principale qui est le salon. L’idée est de créer une maison à son image, à son goût. Il faut pour cela trouver un style, une marque… c’est ainsi que vous renforcerez la présence de votre maison. Pour résumer, privilégiez la simplicité, deux meubles imposants et de bonne qualité valent mieux qu’une dizaine de meubles petits et disparates, même quand vous manquez de place.

 

Axer son intérieur sur ses besoins

Chaque famille, chaque individu, chaque foyer a ses besoins. Nous ne vivons pas tous au même rythme. La maison n’est pas à ranger dans les catégories d’objets à taille unique. Certaines personnes vivent seules, d’autres travaillent chez elles. Certaines reçoivent souvent du monde, d’autres préfèrent le calme à la foule. Certains ont des enfants, certains de la famille. Bref, nous n’avons pas du tout les mêmes exigences. Dans un salon, on nous dit qu’il faut y installer une table basse, un canapé, une table à manger, des chaises, un buffet et des éléments de rangement. En fait, si vous ne recevez jamais, à quoi servirait une table à manger si ce n’est à y entreposer des choses et à être un nid à bazar ? En revanche, si vous travaillez chez vous, un bureau serait plus confortable. Et si vous ne regardez jamais la télé, pourquoi en avez-vous une ? L’idée est donc d’avoir des meubles et des affaires en cohérence avec vos propres besoins et non avec ceux des magazines de décoration et de l’imaginaire collectif.

En pratique :

Faites la liste de toutes les activités qui vous poussent à aller dans le salon. Réception d’amis, repas sur la table à manger, ou plutôt sur la table basse devant la télévision, travail à la maison, lecture sur le canapé, écoute de musique… puis croisez ces activités avec les meubles et autres objets culturels, multimédias ou décoratifs nécessaires à ces activités. Une fois que vous avez croisé ces informations, débarrassez-vous de tous les meubles et affaires qui n’apparaissent nulle part. Le résultat peut être spectaculaire !

Alors, comment voyez-vous votre salon ? Cette pièce est-elle suffisamment tournée vers l’avenir, ou du moins axée sur l’instant présent chez vous ? Avez-vous du mal à vous défaire de vos souvenirs ? N’hésitez pas à commenter, on est là pour discuter ! 🙂

6 commentaires

Articles qui pourraient vous intéresser

6 commentaires

prettyarty 27 juillet 2016 - 12 h 15 min

alors je vais commencer par enlever les napperons sur le dossiers des fauteuils et la collection de poupées anciennes sur le rebord de la fenetre…. ;))

non je blague, en revanche j’ai sauté le pas, je suis en cours de revente de tous mes cd sur discoo et j’ai pris un abo a deezer. difficile pour certains mais je me dis que la musique je la trouverai tjrs!
biz a toi!

Répondre
Wiine 27 juillet 2016 - 18 h 18 min

Coucou Moe,

Tu as vu mon salon : en dehors de recevoir nos amis, c’est un endroit où l’on se distrait pour lire, et surtout jouer à des jeux de société ^^ Chez mes parents, on n’était quasiment jamais dans le salon, à part pour regarder la télé… En dehors des soirs où l’on recevait des amis, c’était un endroit « d’exposition » pour la collection de lampes à huile de mon père, et de livres de ma mère… La pièce principale était la cuisine !
Pour ma part, j’aimerais pouvoir enlever le piano car je n’y joue plus du tout, et le bar, mais ça c’est sans compter monsieur hihi !

Des bises,

Répondre
Kellya 27 juillet 2016 - 21 h 16 min

J’ai moins de 10 CDs et je viens de donner un gros cartons de livres et magasines pour ne garder que mes préférés, je suis plutot au point là dessus. Par contre pour les décorations je suis plus incertaine. Je n’ai que des choses que j’aime et qui me rappelle de bons moments ou des gens que j’aime, mais il y en a trop. Le contenu de ma bibliothèque est donc en constante évolution, toujours À la recherche de mon équilibre.

Répondre
aemi 29 juillet 2016 - 10 h 55 min

Très bon article!!! Je suis bien d’accord avec toi, vivre dans le présent, être soi-même… Ce sont des bienfaits du minimalisme!

Répondre
Minimalisme et le culte de l'objet - La cabane de Moe 21 octobre 2016 - 9 h 38 min

[…] espace de liberté dans sa maison, de vivre entouré de choses qui reflètent notre identité aujourd’hui et plus celle d’hier, et de libérer son emploi du temps pour mener une existence riche. Pour moi, c’est un peu […]

Répondre
Comment j'ai vendu mon appartement en 2 heures ? - La cabane de Moe 13 octobre 2019 - 21 h 06 min

[…] d’être clair et surtout, de montrer qu’un peu d’huile de coude et beaucoup de minimalisme peuvent faciliter les […]

Répondre

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site Web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.