Accueil Finances personnelles 3 idées pour revendre ses affaires et constituer une cagnotte plaisir

3 idées pour revendre ses affaires et constituer une cagnotte plaisir

par Moe
revendre lego

Aujourd’hui, je vais vous parler de mes petites économies que je réalise chaque mois, dans l’optique de ne plus saigner mon épargne personnelle en vue d’accéder à l’indépendance financière le plus rapidement possible.

Au jour le jour, j’ai des besoins de confort (telle la faible), ce qui signifie que j’ai des dépenses à réaliser qui certes m’appauvrissent sur le papier, puisque c’est de l’argent que je sors de mon porte-monnaie, mais qui me sont indispensables pour vivre bien.

En effet, en étant minimaliste, j’apprécie particulièrement vivre dans un intérieur agréable, apaisant, reposant et beau.

C’est un luxe qui n’a pas de prix. Se sentir bien chez soi est un essentiel pour moi, c’est pour cette raison que la décoration et le design intérieur font partie de mes passions.

Cependant, là où je fais fonctionner mon cerveau, c’est que je ne veux pas que ces passions se traduisent par un Ohio de la dépense et m’empêchent de m’enrichir petit à petit (l’espoir fait vivre).

La solution, c’est que chaque mois je revends des affaires qui ne me servent plus. (Pas bête la bête)

Je revends des livres, des jouets, des vêtements sur différentes plates-formes. N’importe quoi (et surtout les affaires des autres) !

Ensuite, je réunis les recettes dans une cagnotte spéciale. Et je me frotte les mains gniark gniark gniark.

Sauf que, vous rigolez là derrière l’écran, mais l’idée c’est qu’à un certain moment, pour financer un plaisir longuement planifié à l’avance (donc pas d’achat compulsif en vue), je l’autofinance sans incidence sur mes économies.

Pof. Toc. Vive moi.

Pour être tout à fait honnête avec vous, chers lecteurs, c’est le minimalisme qui m’aide au quotidien à adopter les bons réflexes. Grâce à lui, j’évite les dépenses coup de cœur ou superflues, tout en profitant d’un intérieur épuré, avec des affaires qui me ressemblent, qui sont jolies pour moi ou qui sont utiles.

Voilà un peu comment je fonctionne depuis quelques mois maintenant.

Dans cet article, je vais vous expliquer les catégories d’objets que je vends en particulier, et qui marchent bien. N’hésitez pas à compléter dans les commentaires. La solidarité, c’est une exigence de la République.

Créer sa friperie en ligne sur Vinted

Depuis deux mois, j’ai créé ma petite friperie en ligne sur la plate-forme Vinted. Il s’agit d’une application spécialisée dans la revente de vêtements d’occasion, même si aujourd’hui, il est possible de vendre quasiment tout ce que vous souhaitez dessus.

Le principe est simple : après avoir téléchargé l’application gratuite, vous vous inscrivez, vous prenez en photo vos vêtements à vendre, vous créez vos annonces et c’est fini.

J’aime beaucoup cette application, car elle est très simple et agréable d’utilisation. En plus, en tant que vendeur, pas besoin de s’occuper des frais de port ou d’aller à La Poste peser votre envoi avant l’annonce. C’est l’application qui s’occupe de tout, une fois la vente réalisée, vous n’avez qu’à imprimer une étiquette d’envoi Mondial Relay.

Puis là où ça se corse, c’est que vous déposez le colis dans un point relais.

Cette dernière étape est la moins sexy je l’avoue, je la relègue donc sans pitié à mon mari qui est toujours là pour me filer un coup de main quand je suis dans le besoin.

Mon profil Vinted

Alors ce qui est encore plus chouette, par contre, c’est de demander à votre entourage s’ils n’ont pas des habits ou des chaussures qui ne leur servent plus, et que vous pourriez mettre dans votre « friperie en ligne » (ça passe mieux dit comme ça, plutôt que de dire « donne moi des habits pour que je puisse payer ma déco »).

Les gens sont souvent contents de se débarrasser des affaires, et puis de vous faire plaisir car vous êtes une personne géniale, soit-dit en passant.

Et pis si un jour vous leur payez un coup pour les remercier, ça mange pas de pain non plus (non mais oh on a quand même droit à une biniouse de temps en temps).

Revendre ses articles de puériculture

J’ai également revendu quelques affaires de puériculture, comme un porte-bébé Manduca et une cape de portage. C’est un porte-bébé ergonomique extraordinaire, j’invite tous les parents ou futurs parents à investir dans cette marque, vous pouvez y aller les yeux fermés (surtout en passant par mon lien affilié ha ha) !

Pour la revente d’articles de puériculture, je vous conseille de passer par Market Place de Facebook ou par Le Bon Coin.

N’hésitez pas, si c’est par envoi, à passer par des transporteurs privés plutôt que par La Poste, ou bien au moins à comparer les prix des colis sur un comparateur en ligne gratuit. Vous pouvez encore une fois maximiser vos recettes. Un sou est un sou, pas vrai ?

Sur Le Bon Coin, j’ai réussi à vendre un lot de livres Ptit Loup (d’ailleurs j’ai reçu beaucoup de réponses à mon annonce, ça marche bien ces petites histoires).

Avec l’expérience, je me suis rendu compte que rien ne servait de mettre des prix bas pour optimiser vos chances de vendre des affaires pour bébé. Si vous mettez un lit à 10 euros, vous ne recevrez que très peu de réponses, alors que si vous mettez le même lit à 30 euros, vous en recevrez beaucoup plus.

Pourquoi ? Et bien car nous avons en nous un automatisme de pensée qui nous fait croire que plus le prix est élevé, plus l’article est de qualité. C’est comme ça, on ne peut pas y faire grand chose (gné).

Dans son article, Allan résume très bien ce réflexe de pensée, décrit à l’origine dans l’ouvrage Influence et Manipulation (dont j’ai écrit une critique ici) :

« Le prix joue le rôle d’un leurre. Une vendeuse, qui avait mal compris les instructions de son patron, avait doublé le prix d’un article qui se vendait mal, au lieu de le diviser par deux. Quelques jours plus tard tout était vendu ! Un prix plus élevé avait été considéré par les clients comme un gage de meilleur qualité. »

Et quand il s’agit d’articles de bébé, nous avons envie de mettre le prix car même si nous préférons acheter de seconde main pour diverses raisons (budget serré, éthique, ingéniosité…), nous avons envie de nous dire « quand même, mon bébé il a le droit à des affaires décentes ! ». CQFD.

S’enrichir en revendant ses LEGO

L’idée est loufoque, mais depuis les dernières vacances, je m’enrichis grâce à la revente de LEGO.

J’en ai retrouvé de vieilles boîtes qui traînaient dans le grenier des parents. Je ne connaissais pas ce marché, mais il existe de sacrées opportunités de business dans le secteur des petites briques.

L’idée est simple : beaucoup de personnes collectionnent les LEGO, et sont prêtes à dépenser de petites fortunes pour grossir leur patrimoine plastique.

D’ailleurs, récemment, une économiste a révélé qu’il serait plus rentable d’investir dans les boîtes de LEGO qu’en bourse. En effet, en comparant les prix d’achat, Victoria Dobrynskaya a constaté que les boîtes de LEGO prenaient 11 % de valeur par an, pour certains modèles (Star Wars et Harry Potter). Impressionnant, n’est-ce pas ? Pourquoi s’emmerder à investir dans de la pierre alors qu’il suffit de se rendre à Leclerc pour devenir le nouveau Bernard Arnault ?

« Les LEGO sont plus rentables que la bourse ? »

De votre côté, vous retrouvez de vieilles boîtes de LEGO dans votre grenier, ou bien des sets à un euro dans les vide-greniers, puis vous vérifiez que les sets sont complets et en bon état, et vous les revendez à prix d’or sur le net.

Pour vous faire une idée des prix, vous pouvez vous rendre sur Ebay ou sur d’autres plates-formes de vente comme Le Bon Coin. Et aligner vos prix avec ceux du marché.

Je trouve cette idée ingénieuse, respectueuse de l’environnement (puisqu’on prolonge la durée de vie des jouets, on remet également en état les boîtes de jouets incomplètes en achetant des « vracs » dans les vide-greniers ou sur LBC).

Attention, cette activité est un vrai travail d’orfèvre, cela prend du temps, certes, mais ça peut devenir un jeu voire une passion à partager avec les enfants.

J’avoue que pour l’instant, j’en suis uniquement à l’étape « j’ai acheté un set d’occasion » et « j’ai retrouvé des LEGO dans mon grenier », (la fille qui donne les conseils, mais qui les applique pas), mais je n’ai pas encore eu le temps ni la foi de transformer l’essai. C’est tout moi ça ! ha ha

Pour résumer, j’ai revendu des articles sur Vinted, un porte-bébé et je me suis lancée dans l’aventure des LEGO qui promet de réels succès financiers.

Ma cagnotte plaisir s’élève maintenant à 50 euros environ. Dans un mois, qui sait, je pourrais bel et bien m’offrir une lunette de toilette en or massif.

Un jour peut-être

Et vous, avez-vous des conseils pour revendre vos affaires ? Faites-vous aussi des cagnottes plaisir ? N’hésitez pas à en parler dans les commentaires.

4 commentaires

Articles qui pourraient vous intéresser

4 commentaires

Sophie 19 novembre 2019 - 11 h 22 min

Alors, j’étais dans ce type de démarche à une époque: surtout que j’achète peu, mais par chez moi, les trottoirs regorgeaient d’encombrants tout à fait vendables. Ça m’arrive de continuer: j’ai vendu 75 euros une paire de belles bottes de femme, neuves.
Et puis, j’ai fini par trouver que ça prenait du temps / de la place/ de l’énergie, et j’ai trouvé l’application geev: c’est comme le bon coin, mais c’est gratuit, tu gagnes des bananes
Mais du coup, en donnant des affaires bébés, je me suis fait une nouvelle copine dans le quartier, en donnant du compost, on m’a proposé de bonnes pommes et des tomates vertes, etc…j’échange des jouets, des vêtements, et surtout c’est vraiment une ambiance de petite communauté de don.
On ne se rends pas compte, mais je pense que ça change notre façon de consommer et notre état d’esprit :
Les personnes sont tres claires sur l’état de ce qu’elles donnent, c’est un bonheur
Les personnes sont toujours contente d’échanger leurs bons plans
Et quand je poste une demande, j’ai très souvent qq’un qui se manifeste pour me proposer.
Parfois, on sent que des personnes ont de vraiment petits moyens et galerent, on est content d’avoir pu rendre un petit service pour alléger leur quotidien.

J’ai même donné des legos, que j’avais trouvé dans la rue. Si la personne les revends tant pis, c’est le jeu. Mais je pense que c’est une application qui fait bouger les lignes et l’état d’esprit, en tout cas, c’est ce que j’observe sur moi, et autour de moi.

Vive geev!

Répondre
Marie 19 novembre 2019 - 12 h 55 min

Bonjour Moe, Je suis sur Vinted : ce qui marche ce sont les bijoux de « petite » marque. Les vetements adulte ça ne fonctionne pas du tout ! J’ai beau baisser le prix ça n’accroche pas ! bien que ce soient des vetements de marque egalement .
Maintenant je vais commencer à vendre des objets sur Le Bon Coin.
Je trouve que tout cela demande beaucoup d’énergie mais outre le fait que cela apporte un peu de monnaie, ce qui se passe , c est une reflexion permanente sur les choses que l on achète. Et ça c’est très utile pour les achats suivants , plus de reflexion sur les besoins réels.

Répondre
claudie 23 novembre 2019 - 11 h 23 min

Merci pour cet article qui donne envie de se remettre au petit commerce des encombrants de la vie ! En janvier 2018 j’ai fait un minsgame challenge et constitué une jolie petite cagnotte en vendant un peu de tout : des dvd sur leboncoin, du petit matériel « électronique » ou les bijoux offerts par des ex dans le magasin de vente type « cash »… des vêtements et sacs à main sur Vinted. Depuis je note le montant de toutes mes ventes, ça permet de se rendre compte de l’argent récolté et de se faire plaisir avec quelque chose d’utile.

Répondre
Kellya 2 décembre 2019 - 20 h 15 min

Dans mon ancienne ville il y avait un groupe facebook de revente et don qui marchait vraiment bien. Je mettais les choses plutot bas, vu que je n’ai pas besoin des sous, et si ca ne partait pas je donnais à Emmaüs. Je suis aussi très heureuse des boites à livre qui apparaissent partout, c’est un super moyen de faire des échanges. Depuis que j’ai déménagé, je n’ai fait qu’acheter d’occasion, tout a été vendu/donné avant. Je trouve ca très important de faire aussi mes achats ainsi, car il y a souvent bien plus d’offre que de demande en occasion…

Répondre

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site Web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.